07 janvier 2014

Quand Carmet parlait des vins de Loire

Le Salon des Vins de Loire se profile déjà à l'horizon du début février.

J'espère y faire un passage - j'allais dire "un saut", mais j'ai le pied dans le plâtre, alors le mot n'est sans doute pas très bien choisi. "Fracture de stress", qu'il a dit, le chirurgien.

Certes, le métier de journaliste indépendant n'en est pas exempt, de stress - surtout en ce qui concerne les délais de paiement. Mais que ça se niche dans le pied, là, c'est nouveau...

Mais foin de jérémiades, je croise les doigts (de pied) et j'espère que tout ira mieux à ce moment là.

C'est que je l'aime, moi, le Salon d'Angers. Parce qu'on sait ce pourquoi on vient - les vins de Loire, et qu'on les trouve.

Parce que c'est encore un salon à taille humaine. Parce qu'on y retrouve des têtes connues, et qu'on en rencontre de nouvelles. Parce qu'Angers est une bien bonne ville, vineuse à souhait. Et que j'aime y jouer les badauds.

Si je n'étais pas né Brayo-Thellois (pas tout à fait Picard, et pas Normand non plus, mais presque), je crois que j'aurais voulu naître Ligérien. Mon seul problème: la Loire est longue et entre Sancerrois, Blésois, Touraine, Anjou, Pays Nantais et Vendée, je n'aurais jamais su choisir.

Cette année, j'espère bien participer à une dégustation de Muscadet spécialement concoctée pour les Cinq du Vin. Ca tombe bien, j'ai envie de réactualiser mes connaissances; le Muscadet a connu une grosse crise, mais j'entends de part et d'autre que le niveau de qualité moyen est en hausse. Je ne demande qu'à le vérifier dans le verre.

En attendant, je vous offre une belle citation de Jean Carmet, un vrai régional de l'étape, lui - sa maison natale, à Bourgueil, est aujourd'hui la Maison des Vins de l'appellation!

"Les vins de Loire sont des vins simples qui s’expriment sans emphase. À condition qu’on les respecte, ils s’ouvrent pour vous offrir toutes les richesses de leur jardin. Ils aiment vous faire des surprises, vous attaquent quand vous les mâchez, vous embarquent dans leurs arômes, se rappellent à votre mémoire et, sans vous abandonner, tapissent votre palais de fraîcheur et de propreté. Un de mes amis, très célèbre, orfèvre en cabernet franc, converse avec ses flacons. Il leur demande de leurs nouvelles… Comment ont-ils passé l’hiver ? Sont-ils bien là où ils sont ? Il prétend avoir observé qu’une bouteille caractérielle peut très bien refuser de s’offrir en présence d’un malfaisant et retrouver tous ses arômes quand l’intrus a quitté la place".

Carmet-Jean-Je-Suis-Le-Badaud-De-Moi-Meme-Livre-896434689_ML.jpg

J'ai eu la chance de rencontrer "le badaud de lui-même" dans les années 1980. Lui aussi était "simple et sans emphase"; aussi sympathique dans la vie qu'à l'écran. Je lui dédie ce billet.

10:22 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

OIV: ciao Federico, bonjour Jean-Marie

Depuis le premier janvier, un Français assume à nouveau la direction générale de l'Organisation Mondiale de la Vigne et du Vin.

Jean-Marie Aurand succède à ce poste au charismatique italien Federico Castellucci.

OIV, aurand, vin, organisations

Jean-Marie Aurand (Photo OIV)

Ingénieur Agronome, Ingénieur Général des Ponts, des Eaux et des Forêts, Commandeur dans l'ordre du Mérite Agricole français, Jean-Marie Aurand est issu de la haute administration française. Cet Aveyronnais occupait jusqu'à présent les fonctions de Secrétaire général du ministère français de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Pêche.

Sa carrière l'a mené de l'ONIVINS à la SOPEXA en passant par  l'INAO. Il a également négocié pour le compte de la France les deux dernières réformes de l’Organisation Commune de Marché viti-vinicole, puis assuré leur mise en œuvre sur le territoire national, "en étroite concertation avec les représentants des viticulteurs et des entreprises vitivinicoles".

Il connaît également bien l'OIV, puisqu'il a été chef de la délégation française auprès de ce qui s'appelait encore à l'époque l'Office international du Vin, de 1994 à 1998.

Son programme à l'OIV: «renforcer son positionnement comme organisation scientifique et technique mondiale de référence en matière vitivinicole pour apporter, sur la base de fondements scientifiques avérés, les réponses aux attentes de ses producteurs et de ses consommateurs».

Pour rappel, l'OIV comprend actuellement 45 états membres. Sa présidence est l'Argentine Claudia Inés Quini.

08:51 Écrit par Hervé Lalau dans France, Vins de tous pays | Tags : oiv, aurand, vin, organisations | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |