05 février 2014

Le "coming out" des soutiens du vin en France

Suite à la campagne de Vin & Société, bon nombre de personnalités ont déclaré leur attachement à la cause du vin. Pour certains (Pierre Arditi ou Philippe Meyer, par exemple), ce n'est pas une surprise; pour d'autres, comme Alain Juppé, Emmanuel Krivine ou Arielle Lévy, c'est presque une sortie du placard, un coming out...

Morceaux choisis:

 « Il n’est pas possible de séparer la France et le vin. Le général de Gaulle a dit 'comment peut-on diriger un pays avec 399 fromages ?'… mais vous avez beaucoup plus de vins que de fromages…» Steven Spurrier, Journaliste.


«Le vin fait partie intégrante de la culture de la France. C’est tout comme si vous allez dans un musée, vous vous intéressez à la beauté de la chose mais ce qui est encore plus génial c’est de connaître l’histoire du peintre, à quelle époque cela était peint, dans quelles circonstances… Le vin a besoin de ça, on a besoin de se nourrir, pas seulement de la dégustation mais aussi de l’histoire du vin, du vigneron, d’où ça vient…» Caroline Furstoss, sommelière.

«On ne peut pas imaginer l’histoire de ce pays sans le vin. C’est une route de civilisation…» Alain Garrigou, Professeur en Sciences Politiques.

 «Comme le textile, le vin c’est du patrimoine culturel. Il permet de mettre du lien entre les gens, d’éduquer, de remettre la qualité au centre et de diffuser tout le patrimoine de la France à l’étranger…» Arielle Lévy, Créatrice de Mode.

«Quand on sert une bouteille, on a l’histoire de la bouteille que l’on pose sur la table. Il y a un homme derrière…» Romain Tischenko, Chef de Cuisine.

Et pour faire bonne mesure, je rajoute la mienne:

«A quand une marche du Vin pour Tous devant les grilles de l'Assemblée Nationale?» Hervé Lalau, Journaliste et Conférencier.

Plus d'info: Vin & Société

16:22 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

La presse viticole en France: combien de divisions?

La dernière enquête en date de l'OJD sur la presse nationale française révèle une chute généralisée des ventes payantes (hors tiers) en 2013: -16,42% pour Libération, -13,78% pour L'Equipe, -10,56% pour Aujourd'hui en France; -10,66% pour Le Parisien, -3,62% pour Le Monde, -1,73% pour Le Figaro. Seuls deux titres échappent à la tendance: Les Echos (+0,15%) et La Croix (+0,76%)

Le classement des journaux nationaux français en diffusion payante hors tiers s'établit comme suit:

1 Le Parisien: 232.506 exemplaires.

2 Le Figaro: 229.794 exemplaires.

3 Le Monde: 219.265 exemplaires.

4 L'Equipe: 194.330 exemplaires.

5 Aujourd'hui en France: 155.898 exemplaires.

6 Les Echos: 90.616 exemplaires.

7 La Croix: 88.170 exemplaires.

8 Libération: 71.855 exemplaires.

Ce qui, tous titres confondus, nous donne une diffusion payante cumulée de l'ordre de 1,3 million de lecteurs.

A la lecture de ces chiffres, je n'ai pu m'empêcher de me demander où en était la presse de vin.

L'accès aux chiffres est plus malaisé, car tous les magazines ne sont pas audités; de plus, leur périodicité varie (mensuelle, bimestrielle, semestrielle..., sans compter les suppléments à thèmes).

J'ai inclus les revues traitant à la fois de gastronomie et de vin, car dans certains cas, la distinction n'est pas facile à établir.

Voici ce que j'ai pu glaner. Les chiffres sont ceux de 2012-2013 (diffusion payante) et émanent de l'OJD, sauf mention contraire.

Régal: 183.631 exemplaires (-0,39%)

Cuisine et Vins de France: 146.619 exemplaires (+0,78%)

Revue du Vin de France: 30.000 exemplaires (non audité par l'OJD, diffusion annoncée)

Gault Millau: 25.768 exemplaires (+8,54%)

Le Vigneron: 18.000 exemplaires (non audité par l'OJD, diffusion annoncée)

Terre de Vins: 14.195 exemplaires (-1,83%)

Le Rouge & le Blanc: n.d. (non audité).

L'Amateur de Vins & Spiritueux: n.d. (tirage annoncé: 35.000 exemplaires, non audité).

Bourgogne d'Aujourd'hui: n.d. ( seul le tirage, 25.000 exemplaires, non audité, est publié).

Anthocyanes: n.d.

Je n'ai pas retenu dans ce petit classement les medias étrangers partiellement diffusés en France, ni les revues professionnelles (type La Vigne, La Journée Viticole ou la RVI)

Bien sûr, j'invite les magazines que j'aurais oubliés, ou qui disposent de chiffres audités qui m'auraient échappé à m'adresser leurs chiffres. 

00:16 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |