13 février 2014

Payer pour être juré dans un concours de vin? Non merci!

J'ai reçu hier une étrange proposition: participer à une formation à la dégustation (payante) pour pouvoir être juré au Concours International des vins de Lyon.

Je sais bien qu'on a toujours quelque chose à apprendre, mais je me demande bien pourquoi un concours chercherait à m'avoir comme juré, si il ne me jugeait pas au niveau.

Par ailleurs, si je ne m'abuse, les concours gagnent leur vie sur les droits d'inscription payés par les producteurs, en fonction du nombre d'échantillons (généralement, entre 100 et 150 euros l'échantillon, si je suis toujours à jour). Ils en gagnent également sur la vente des macarons aux vignerons médaillés.
Rien de répréhensible. Les producteurs sont libres d'accepter ou pas.
De cet argent, ils doivent réinvestir une partie dans leurs frais d'organisation, ce qui comprend les invitations faites aux jurés (transport, hébergement).
Ceux-ci ne sont pas rémunérés. Là aussi, c'est à prendre ou à laisser.

Mais que l'on vende aux jurés une formation, pour moi, c'est nouveau.

J'ai décliné. Pas tant pour l'argent que pour le principe.

Les organisateurs m'ont répondu qu'il s'agissait d'un malentendu. Je cite: "Bon nombre des journalistes présents au concours souhaitent se perfectionner, même les plus brillants. Cette formation est amicalement proposée à tous nos dégustateurs".

Amicalement, mais contre monnaie sonnante et trébuchante, tout de même. 30 euros. Un prix d'ami,  car le prix normal est de 60 euros, me dit-on.

Brillant ou pas, je suis d'accord avec les organisateurs. Il y a bel et bien un malentendu. Leur concours n'est pas pour moi.

 

20:20 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : concours international de lyon | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

"Il est bon, Mister Président?"

'Il est bon?", a demandé Barrack Obama à François Hollande après lui avoir proposé un verre de vin blanc.

"Yes", a répondu notre Président.

Dommage que les caméras montrent qu'il n'y a même pas trempé ses lèvres.

Revivez ce grand moment de dégustation et de diplomatie ICI (Le passage en question est à 6mn41).

Je remercie au passage Honneur du Vin de m'avoir servi cette info... sur un plateau.

PS. Des mauvaises langues prétendent qu'Obama a été un peu chiche en ce qui concerne les vins (américains) offerts lors des diners officiels. D'après ces pisse-vinaigre, Bush aurait été beaucoup plus généreux en terme de grands crus lors de la dernière visite d'Etat d'un président français. Mais à voir ce reportage, on peut comprendre Obama!

PS 2: Et si on donnait des cours de dégustation à nos présidents, pour qu'ils puissent au moins faire bonne figure dans les réceptions, et représenter dignement la France, pays du bon vin?

 

11:05 Écrit par Hervé Lalau dans Etats-Unis, France | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |