22 février 2014

Indépendance de la critique

En Belgique, un site - Cinebel - permet de se tenir au courant de l'actualité cinématographique, des sorties de films, des horaires salle par salle. Pour chaque film, dans la version francophone du site, une ou deux critiques sont reprises sur le site, en plus des avis déposés par le public. Les critiques officielles sont celles de la Dernière Heure et de la Libre Belgique.

CINEBEL.jpg

Zéro pour la Libre

Récemment, légèrement énervé, j'ai adressé un message à Cinebel, que je vous livre ici:

"Les avis des critiques de la Libre Belgique semblent à ce point décalés par rapport à ceux du public qu'on se demande en quoi ils peuvent encore aider le spectateur dans ses choix. Un exemple récent: Les Trois Frères, film auquel La Libre donne 0/10. Quel critique honnête peut oser donner 0/10 à un film pour lequel les spectateurs, eux, sont enthousiastes? On peut aussi citer Ryan Initiative et Jamais le Premier Soir, pour lesquels le critique a utilisé (deux fois) le titre de "Daube de la Semaine". Cet élitisme est incompréhensible. On finit par se dire que s'il aime, on n'aimera pas. Alors de grâce, changez de référence!"

Et quelle ne fut pas ma surprise de recevoir (assez rapidement, je dois le dire), la réponse suivante: "Bonjour, Je comprends votre désarroi, mais nous ne pouvons pas passer à côté des critiques de La Libre et de la DH, qui font partie de notre groupe de presse. Personnellement, je ne me laisse jamais décourager par une critique, et préfère me faire ma propre opinion d'un film!"

Merci, Cinebel, pour cette précision. En résumé, il y a un lien entre le site et des organes de presse - mais le public ne le sait pas. Et il y a donc des critiques incontournables et d'autres pas. Même ineptes, ces critiques sont diffusées et le cinéphile n'a qu'à ne pas les lire, à passer outre ou à se faire sa propre opinion. On marche sur la tête!

Maintenant, imaginez un système comparable dans la critique viticole.
Ne pourraient publier des articles que les médias dont les propriétaires ou actionnaires seraient également actionnaires des vins critiqués. En toute indépendance, bien sûr!

Et on vient me dire après ça que je devrais payer de ma poche mes billets de train quand je pars en voyage de presse!

10:18 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Le quiz du jour

Je suis un vieux cépage du Berri, jadis très prisé entre Issoudun, Vierzon et Valençay.

Je dois mon nom à un village de cette zone.

J'ai presque totalement disparu et je ne peux plus entrer dans la composition d'aucune AOC.

Quel est mon nom?

00:12 Écrit par Hervé Lalau dans France, Histoire, Loire | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |