11 juillet 2014

Les Grandes Tablées du Saumur-Champigny mettent les Belges à l'honneur

Les 6 et 7 août prochains, Saumur accueillera en son cœur historique près de dix mille épicuriens pour Les Grandes Tablées, généreuses agapes aux accents rabelaisiens, mêlant bonne chère, bon boire et bonne musique de rue.

Cette année, les Belges (grands amateurs de Saumur-Champigny devant l'Eternel) bénéficieront d'un accueil particulier: ils auront accès à une dégustation privilège à la Maison des Vins de Saumur, et recevront une bouteille de bienvenue. Sans oublier une promotion alléchante: un repas offert pour un acheté. 

Saumur.jpg

Et pour bien marquer ce lien entre la Loire et le Plat Pays, une fanfare belge fera le déplacement, et un repas franco-belge sera proposé, avec du véritable boudin de liège et de la crème au spéculoos.

A cette occasion, sera servie une cuvée à la fois très particulière et très collective: la Cuvée des 100.

La démarche est la suivante: chaque vigneron apporte entre 15 et 18 kg par hectare de ses plus beaux raisins, que l'on vinifie ensemble. 

Autant dire que c'est la plus représentative de l'appellation, et de sa diversité. Sa substantifique moelle, comme aurait dit Rabelais.

Last but not least, à partir du 21 juillet (fête nationale belge), un concours Facebook permettra de gagner des bouteilles de cette cuvée. Voici le lien:

https://www.facebook.com/VinsDeLoireWijnen

Plus d'info: www.saumur-champigny.com

 

09 juillet 2014

Princier, ce Cahors!

cayx, cahors, danemark, henri de montpezat

Si vous voulez vous donner la peine de me suivre au château… (Photo André Devald)

Ce n'est pas tous les jours qu'on boit le vin d'un Prince, fût-il de Danemark. En l'occurrence, le Cahors du Château de Cayx, à Luzech. Mais ce n'est pas ça qui a dicté le choix de vous le présenter - plutôt le plaisir de revoir cette propriété au sommet.  

"La qualité n'a pas toujours été au niveau de la réputation", dira-t-on dans un vigoureux euphémisme. Les résultats obtenus par l'équipe de Guillaume Bardin et Alexandre Gélis, en à peine deux ans, sont impressionnants. Et pas seulement dans les cuvées de prestige.

cayx, cahors, danemark, henri de montpezat

Alexandre Gélis (Photo H. Lalau)

Bon, la cuvée Royale est époustouflante, mais un peu chère. Alors je me suis rabattu sur le Château de Cayx 2011. "Elle est issue d'une sélection parcellaire de deuxièmes et troisièmes terrasses et éboulis", m'a dit M. Gélis. J'ai fait: "D'accord", avec un air entendu qui ne trompait personne. Et puis j'ai mis mon nez dans le verre. C'était princier. Épicé, fruité (noir, bien sûr, à Cahors), avec une touche de prune; le bois était bien intégré, la bouche longue, veloutée, la finale pleine de…  noblesse, avec une touche de violette - comme si le Prince Henri avait mis une fleur à la boutonnière de son habit.

Pour une vingtaine d'euros, moi, ce jour-là, je faisais partie du Gotha... des dégustateurs.

cayx, cahors, danemark, henri de montpezat

Vu du château (Photo H. Lalau)

08:20 Écrit par Hervé Lalau dans France, Sud-Ouest | Tags : cayx, cahors, danemark, henri de montpezat | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |