21 juillet 2014

Les bouteilles de La Dominique voyageaient en toute discrétion

Un camion transportant 18.000 bouteilles du second vin du Château La Dominique, millésime 2011, a versé dans un rond-point aux abords de Saint Emilion. 16.000 ont été détruites dans l'accident. Le reste le sera, "pour éviter tout problème", annonce le propriétaire.

Ce qui m'a étonné, à examiner les photos publiées par Sud-Ouest, c'est le fait que les bouteilles n'aient porté ni étiquette, ni capsule congé.

Le Château La Dominique n'étiquette et ne capsule donc pas chez lui? N'est-ce pas un peu curieux, même pour un second vin, de se promener ainsi tout nu?

La France est championne des règlements en tout genre - interdit de mentionner le mot château sur l'étiquette d'un vin, même issu d'un château identifié, si le vin n'a pas l'AOC; interdit de mentionner la teneur en alcool autrement qu'en demi-degrés; interdit d'employer des mentions comme "vendanges tardives" ailleurs que dans quelques rares AOC; interdit de vinifier du Maury ailleurs que dans le finage de Maury, j'en passe et des plus étranges...  

Mais l'on constate que des vins peuvent très facilement quitter les chais d'un Saint Emilion Grand Cru (le sommet de notre pyramide qualitative) non étiquettés et non capsulés. Une déclaration de douane suffit, apparemment. C'est paradoxal.

Mais où allait donc ce vin?

12:18 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : saint emilion, capsule congé, étiquette, la dominique | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

20 juillet 2014

CastelBarry, what's in a name?

C'est Terre de Vins qui me l'apprend: depuis le 4 juillet, la Cave Artisanale de Montpeyroux s'appelle CastelBarry.

En référence aux vieux Castellas de Montpeyroux (dont je n'avais jamais entendu parlé) et au village de Barry (idem). Déjà que tout le monde ne connaît pas Montpeyroux...

Réaction personnelle:

Primo, une majuscule au milieu d’un mot, c’est une aBerration orthographique. France AgriMer aurait-il lancé une mode? Ou serait-ce Shia LaBoeuf? Protégeons la langue française!

Secundo, CastelBarry perd la référence au cru Montpeyroux. Je suis dubitatif.

Enfin, et c'est peut-être plus important, je pense qu'une coopérative n’a pas à rougir d’en être une si elle fait du bon travail. Bon nombre d'entre elles adoptent aujourd'hui des noms de fantaisie qui font oublier leurs racines collectives et je le regrette.

00:29 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |