20 décembre 2014

Vive le foie gras quand même (millésime 2014)

Malgré les sondages annuels qui chiffrent à l'envi la sensiblerie de certains de nos concitoyens, malgré les effarouchés de la gastronomie bienpensante, malgré la complaisance des médias (1) qui ne semblent pas trop s'intéresser à l'avis des éleveurs, ni même au fait qu'une majorité de Français en mangera à Noël ou au jour de l'An, pourvu qu'ils en aient les moyens ou le goût, je maintiens mon attachement au foie gras. Je viens d'ailleurs, par esprit de contradiction, d'en acheter deux pour les fêtes. De l'Alsacien, cette année (publicité gratuite, je l'ai payé).

bienpensance,sensiblerie,anti-gavage,gavage des esprits

J'étais loin d'être le seul, cet après-midi, à en acheter, ce qui me rassure un peu.

Je prie les abolitionnistes du gavage de ne pas m'importuner cette fois-ci. Inutile de me gaver... l'esprit. Vous ne changerez pas d'avis, moi non plus. Mais je tiens pour une liberté essentielle qu'un groupe d'activistes, quel que soit son nombre et sa véhémence, ne puisse m'empêcher de manger ce qui j'aime, et ce que l'on produit en France depuis des siècles.

PS. A quand un sondage émanant des producteurs, pour changer? Ou même, des pouvoirs publics?

 

(1) Ainsi, quand le Monde titre: La cruauté du gavage des oies indigne au Royaume Uni, il ne met aucun guillemets, ne prend aucun recul. Mais quand le même journal parle des sables bitumineux au Canada, il met "pétrole sale" entre guillemets, par exemple.

(2) Le même journal de référence (sic) résume le sondage d'Opinionway de la manière suivante "Près d'un Français sur deux favorable à l'interdiction du gavage". n'est-ce pas prendre les chiffres par le petit bout de la lorgnette? Pourqoui le Monde ne titre pas plutôt: "Plus d'un Français sur deux favorable au gavage des oies"?

20:17 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : bienpensance, sensiblerie, anti-gavage, gavage des esprits | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

19 décembre 2014

Ils ont des abattoirs, vive la Bretagne...

"C’est un symbole de la Bretagne", a déclaré Manuel Valls en arrivant à l’abattoir Gad de Josselin. 

C'est drôle, pour moi, la Bretagne, c'est autre chose qu'une industrie intensive, polluante et subventionnée; quand je pense à la Bretagne, je pense aux Traou Mad, aux fars, aux phares, aux menhirs, aux dolmens, au Kouinn Amann, au Cidre de Fouesnant, au Chouchenn, éventuellement aux coiffes et aux chapeaux ronds... Et au Muscadet, bien sûr!

Pas à ces pauvres cochons malodorants et qui nitratent tellement les rivières que les algues vertes envahissent les baies de la région. Il est amusant de lire que la filière se vante du "lien au sol" de ses producteurs, qui possèdent en moyenne 83 ha de terres par exploitation: ces hectares, ce n'est pas pour les porcs, qui sont entassés à raison d'un m2 par animal dans des hangars chauffés, mais pour épandre les déjections des animaux. Encore un peu, et on nous parlera de terroir!

algues-vertes-300x234.jpg

Ces algues vertes qu'on ramasse au bulldozer...

Bien sûr, M. Valls fait son boulot, il entend sauver des emplois; mais qui aura le courage de dire aux Bretons que ces emplois auraient dû être développés dans d'autres industries moins concurrencées, des secteurs moins bouchés? La filière se dit "responsable" (mais apparemment pas coupable de ses rejets); ne faudrait-il pas aussi qu'elle soit rentable, sans les subsides du contribuable européen?

10:25 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |