26 septembre 2014

Champagne "Made in France by Polish hands"

Bien sûr, il faut se garder de généraliser: non, la Champagne n'est pas qu'un immense gourbi de vendeurs de sommeils!

Mais tout de même; la découverte, à Fleury-la-Rivière, de 248 vendangeurs polonais "logés dans des conditions indignes", selon les services de la sous-préfecture d'Epernay, fait un peu tâche au pays de la bulle de prestige.

Une enquête pour traite d'êtres humains et travail dissimulé a été ouverte par le parquet de Châlons-en-Champagne. Selon les premiers éléments divulgués par le sous-préfet, "le prestataire polonais qui les employait pour le compte de plusieurs vignerons les logeait dans cette maison à douze par pièce au mépris des règles de sécurité élémentaires en les nourrissant avec des aliments périmés ou avariés. Mais Les vignerons n'étaient pas au fait de ces conditions et l'enquête précisera les conditions d'embauche des saisonniers".

IMG_4520.jpg

Les Polonais sont nos amis, et ça ne date pas d'hier...

Le syndicat général des vignerons de Champagne a d'ailleurs condamné "ce type de pratiques inadmissibles et indignes" et envisage de se porter partie civile au procès "pour atteinte à l'image de l'Aoc Champagne".

Il n'a pas tort. Savoir qu'on exploite des Polonais pour produire du Champagne, c'est un peu repoussoir.

Le prix de vente du produit final devrait permettre de payer décemment les travailleurs, pour qu'ils se logent correctement.

Je ne vais pas en faire des tonnes, mais je me pose encore quelques questions.

Pourquoi ne pas employer de la main d'oeuvre locale, compte tenu du taux de chômage en France, ce qui éviterait le problème du logement...

Ou bien l'emploi de saisonniers étrangers permet-il des économies en termes de prestations sociales, par exemple? Est-ce notre code du travail qui pose problème?

Le Made in France, dont on nous rebat les oreilles, et que l'on traduira en l'occurrence par "Il n'est Champagne que de Champagne", peut-il inclure de la main d'oeuvre étrangère?

Pour mieux informer le consommateur, peut-être faudrait-il plutôt apposer la mention "Made in Champagne with French grapes harvested by Polish hands? 

Qu'on me comprenne bien, je n'ai rien contre la Pologne ni les Polonais, peuple ami; et c'est leur droit le plus strict, en tant qu'Européens, de venir vendanger chez nous quand les Français ne veulent plus le faire. Ce qui m'énerve, c'est l'hypocrisie. 

01:00 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne, France | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

25 septembre 2014

Clos des Fées vieilles vignes 2011

Je ne connais pas Hervé Bizeul, sauf au travers de quelques billets déposés sur son blog ou sur ceux des autres, généralement bien sentis. Je ne suis pas toujours d'accord, mais qu'importe, c'est bien écrit (étonnant, pour un ancien journaliste!) et ça paraît sincère.

Nous ne nous sommes jamais rencontrés. Mais depuis peu, je connais un de ses vins, son Clos des Fées vieilles vignes 2011, dégusté à Narbonne la semaine dernière. 

Allez savoir pourquoi, j'ai tout de suite pensé à de la syrah (sans doute une réminiscence de mes dégustations de Saint Joseph). Surprise: elle est très minoritaire dans l'assemblage (15%). Les poids lourds, dans ce ménage à quatre, ce sont les deux variétés de grenache, le grenache noir vrai et son cousin le lladoner pelut (50% à eux deux). Complétés par 35% de carignan. 

vins-vieilles_vignes_rouges.jpg

Pour une fois, le terme de vieilles vignes n'est pas usurpé: elles ont plus de 100 ans.

Dans mes notes de dégustation, j'ai écrit "Fruit noir explosif, bien mûr, feuille de laurier, épices douces, puissant et très long".

Deuxième surprise à la lecture de la fiche technique: une partie du vin a été élevée en barriques (12 mois), le reste passant en cuve béton. Je ne l'avais pas perçu. On dira donc qu'il est très bien fondu. Ou que je n'ai pas fait attention.

Quoi qu'il en soit, un vin très réussi, qui possède sans doute un beau potentiel de garde. Si des fées se sont penchées sur la cuve, il y au moins celle de la gourmandise.

07:26 Écrit par Hervé Lalau dans France, Roussillon | Tags : hervé bizeul | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |