29 septembre 2014

Cru Bourgeois: pourquoi je botte en touche

On m'annonce la sortie de la nouvelle liste des Crus Bourgeois du Médoc.

Parallèlement, l'Alliance, qui est à la base de cette nouvelle mouture de ce classement - oups, il ne faut plus parler de classement, disons donc, de cette reconnaissance, entend réinstituer les grades au sein des Crus Bourgeois - Crus Bourgeois et Crus Bourgeois Supérieurs.

Je n'en vois pas l'utilité. Ni avec grades, ni sans.

Je trouve que c'est à chacun de se faire une opinion. Aucun jury, aucune association, même animée des meilleures intentions, ne peut remplacer votre goût.

Quand bien même je serais associé à la sélection, je n'ai aucune envie de vous l'imposer. Je ne peux parler à la fois pour les consommateurs américains, canadiens ou chinois; je ne peux même pas parler pour toute ma rue.

Peut-être auriez vous préféré, cette année, un des vins non sélectionnés, et qui ne sera donc pas Cru Bourgeois. C'est votre droit le plus strict.

C'est donc le mien de ne pas diffuser la liste de ceux qui ont été retenus, pour ne pas faire de tort aux autres.

00:42 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

28 septembre 2014

Grincheusement vôtre

Dans son arrêt du 3 avril dernier, relatif à l'affaire "ANPAA contre Comité Interprofessionnel des vins de Bordeaux", la Cour d'Appel de Versailles, stipule que «les annonceurs ne peuvent évidemment être tenus, sous le prétexte de satisfaire aux exigences légales, de représenter des professionnels grincheux, au physique déplaisant et paraissant dubitatifs, afin d’éviter au consommateur toute tentation d’excès. L’image donnée de professions investies par des jeunes, ouvertes aux femmes, et en recherche de modernité est enfin pleinement en accord avec les dispositions légales autorisant une référence aux facteurs humains liés à une appellation d’origine.»

Et toc!

Cependant, l'ANPAA, toujours accro à la procédure, s'est pourvue en cassation. En attendant, sans doute, d'en appeler à l'ONU, voire à une éventuelle Cour des Droits de l'Homme Abstinent. Aussi, je recommande aux vignerons bordelais de se mettre en conformité, sinon avec la lettre de la loi, au moins avec son l'esprit prohibitionniste. A titre préventif. Et parce que le ridicule ne tue pas. Je propose donc le visuel suivant.

 Jefford-Evin-Law-Bordeaux-advert.jpg

10:03 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |