22 octobre 2016

Chez Couly-Dutheil, essayez aussi le Clos de L'Olive!

La maison Couly-Dutheil, à Chinon, est célèbre pour son Clos de L'Echo, qui domine les vieux murs du château de Chinon. A juste titre, car l'endroit est magique: un coteau pentu, bien exposé, entourant une belle maison de campagne, écrin de verdure aujourd'hui grignoté par la ville, une sorte de Haut-Brion ligérien. S'il y a avait des grands crus à Chinon, celui-ci en serait.

Et puis surtout, et c'est ce qui nous intéresse, le lieu produit des vins de classe - même si le Clos a connu quelques années de vaches maigres au cours de la décennie écoulée, le revoici au top.

IMG_0177.jpg

Le Château de Chinon, vu des vignes du Clos de l'Echo

Mais ce n'est pas le seul atout dans la manche de Couly-Dutheil; je vous ai déjà parlé de leur blanc, la cuvée Les Chanteaux. Lors d'un passage à la propriété, il y a quelques jours, j'ai pu découvrir une cuvée que je ne connaissais pas: le Clos de l'Olive.

Il s'agit d'une parcelle de quelque 4,5 hectares de Cabernet Franc, située non loin de Chinon, mais de l'autre côté de la ville par rapport au Clos de L'Echo - à l'Est, donc.

Carte Chinon.jpg

Les sols sont principalement constitués de calcaire.

Voyons donc le résultat, dans le millésime 2014. Au nez, pas d'erreur, on a bien affaire à une cabernet franc; cerise, framboise, poivre, c'est gourmand; et bien mur; la bouche nous régale avec une belle structure, des tannins bien enrobés, et pour finir, des notes de cacao, et de café, de la suavité, et beaucoup d'élégance. Un vin équilibré, qui paraît plus jeune que le Clos de l'Echo du même millésime. 15/20

 

IMG_0159.jpg

 Couly-Dutheil est membre du club Vignobles et Signatures

 Hervé Lalau

 

14:43 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

20 octobre 2016

Chez Pléthore & Balthazar, le Saint Jo de Coursodon

La cuvée Silice est une des plus accessibles du Domaine Coursodon, à Saint Joseph.

C'est mon ami Laurent Courtial qui l'a dénichée pour moi, chez Pléthore & Balthazar, le fief des "Gastronomistes" de  Lyon, la semaine dernière.

Ce mot accessible, dans ma bouche, n'a rien de péjoratif: qui a envie de boire un vin inaccessible, fermé, austère?

Ici, même dans un petit millésime comme 2014, la Syrah des Coursodon vous enjôle. Cette cuvée n'est pas farouche. Elle vous lance sa volée de violette et d'iris au nez, avec un sourire ravageur. Elle poursuit avec une bouche réglissée, acidulée, épicée, fringante - diablement séduisante.

Et le charme a opéré sur la belle pièce de boeuf de Galice...

Je n'ai pas vu les rois mages, mais j'ai eu pléthore de beaux accords, le vin très ouvert, la viande juteuse...

IMG_0275.jpg

Une chose est sûre, tout ça n'a rien à voir avec un autre type de macérations, celle des moines - je fais allusion à la cilice, bien sûr. Comme quoi une seule petite lettre peut changer beaucoup de choses!

Mais sous le signe de Saint-Joseph, les vins n'ont rien de maso!

 

20:19 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |