05 avril 2015

Domaine Sérol Côte Roannaise Les Originelles 2014

A Renaison, en Côte Roannaise, le domaine Sérol (27 ha sur sable granitique,) nous propose cette cuvée de Gamay Saint Romain de haute densité au fruit exubérant (framboise) et aux tannins très souples; jolie note minérale en finale. Toute la gaîté, tout le dynamisme de la jeunesse dans un jus légèrement acidulé. On pourrait l'attendre un peu, c'est sûr, mais à quoi bon quand il donne tant de plaisir aujourd'hui?

sérol, côte roannaise

A découvrir aussi, en IGP Urfé, le Viognier Cuvée «De Butte en Blanc» 2013 du même domaine, particulièrement aromatique et bien gras en bouche.

Rien de particulièrement pascal dans cette sélection (même si je vois bien le rouge sur un morceau d'agneau, pas trop cuit), mais elle me donne tout de même l'occasion de vous souhaiter de joyeuses fêtes de Pâques.

http://www.domaine-serol.com/

11:21 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : sérol, côte roannaise | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

04 avril 2015

Beychevelle: soyons précis

C'est sur le site de Terre de Vins: le Château Beychevelle se dote d'un nouveau chai qui devrait faire "gagner les vins en précision".

Vous allez dire que j'accorde trop d'importance aux mots. Mais c'est le genre de phrase qui m'interpelle au niveau du vécu.

Qu'est-ce que la précision, dans le vin? 

Votons le dictionnaire. Précision: "Exactitude stricte; netteté rigoureuse dans la pensée et dans l'expression; exactitude dans l'action; détermination stricte; étroitesse de l'accord entre les résultats..."

Voila qui ne nous aide pas beaucoup dans notre quête. Peut-on dire d'un vin qu'il est exact ou au contraire, qu'il est erroné? 

Les nouveaux propriétaires de Beychevelle trouvent-ils que leur vin n'est pas tout à fait net?

Je sais, je cherche la petite bête.

Mais avouez avec moi que parler de précision, pour un vin, c'est vague!

Ses arômes sont-ils flous? Sa construction bancale? Ou veut-on dire qu'il manque de cohésion entre ses différentes composantes - nez, bouche, finale... Ou encore, de cohérence, selon les millésimes?

Pourtant, mon excellent confrère Fabien Barnes, qui suit l'actualité bordelaise pour In Vino Veritas, sélectionne régulièrement Beychevelle: en 2011, en 2012, en 2014... Pour lui, à ce qu'il semble, ce vin ne manque de rien. Rien qui ne justifie vraiment la construction d'un nouveau chai ultramoderne, sauf peut-être pour renforcer sa comm? Amusant de voir comment des propriétés qui se réfèrent sans arrêt à un classement vieux d'un siècle de demi, font aujourd'hui dans la surenchère architecturale contemporaine - voyez Faugères, voyez Cheval Blanc...

Je saurais gré aux nouveaux vinificateurs de Beychevelle de m'apporter quelques... précisions.

11:15 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : vin, bordeaux, précision | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |