20 juin 2015

Le Soleil Nantais des Frères Guilbaud

Vieille famille vigneronne du pays nantais, les Frères Guilbaud (la troisième génération est aux commandes) ont leur cave au lieu dit Beau Soleil, à Gorges. Pas étonnant, dès lors, qu'ils aient baptisé une de leurs belles cuvées du nom de Soleil Nantais.

Ce Muscadet de Sèvre assemble des jus provenant de différentes parcelles du domaine familial réparties entre Mouzillon, Vallet et le Pallet; côté sols, du schiste un peu de gneiss, un peu de gabbros. Bref, un bel aperçu des terroirs nantais.

Le vin n'a pas fait sa malo - on préfère garder un peu d'acidité.

Guilbaud © H. LALAU.jpg

J'ai apprécié ce vin pour sa nervosité; le nez évoque la pomme et la poire, un peu d'acacia et d'agrumes; la bouche révèle des épices, notamment du poivre, mais aussi, à nouveau, des agrumes (citron, cédrat confit); c'est assez mûr, concentré; en un mot comme en cent, le soleil nantais a joué son rôle.

Qui a dit que le Muscadet était un vin dilué?

Contact: Guilbaud Frères

14:08 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : muscadet | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

17 juin 2015

Morne plaine pour les anti-vins

"Capitulation". "Trahison"."Défaite en rase campagne". Les anti-vins n'ont pas de mots trop forts pour stigmatiser l'amendement du gouvernement Valls qui préserve dans ses grandes lignes celui voté par le parlement la semaine précédente.

Est-ce la proximité de la commémoration du Bicentenaire de Waterloo, qui commence demain?

Le texte n'a pourtant rien de stupéfiant.

Il ne remet pas vraiment en cause la Loi Evin.Il libère juste un peu la parole, les possibilités de communication autour des produits du terroir, dont le vin. Et il a pour nous l'avantage de rappeler la différence fondamentale entre publicité et articles de presse.

On espère que cela incitera les journalistes de la grande presse à en réécrire, des article de presse sur le vin. En toute indépendance.

Nous autres journalistes spécialisés avons dû avaler tellement de couleuvres, ces dernières années, pour pouvoir aujourd'hui lever notre verre à la santé des producteurs et des consommateurs de vin - en tpute modération, bien sûr.

Car le vin que nous défendons est culture, le vin est découverte, le vin n'est pas alcoolisation.

Quant aux anti-vins, à défaut de porter un verre du breuvage de Bacchus à leur lèvres, on peut leur conseiller quelques gélules d'anxiolytique?

08:23 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |