22 juillet 2015

Château Huradin Cérons 2011

Néo-vignerons, Aurélia Souchal et Frédéric Caumont viennent de reprendre le Domaine du Salut et le Château Huradin; sous la première raison sociale, ils produisent du Graves rouge et du Graves blanc; sous la seconde, un liquoreux, le Château Huradin, en Appellation Cérons.

Voila une appellation que je connais mal - je ne crois pas en avoir dégusté trois fois dans ma carrière. Bon, je connais le Cérons - la rivière, dont les brumes automnales favorisent le développement du botrytis. Je sais aussi qu'elle est enclavée dans les Graves, tout comme Barsac et Sauternes, dont elle partage l'encépagement (sémillon, muscadelle, sauvignon).

La comparaison s'arrête-là: Cérons, c'est à peine 40 ha en exploitation (1735 à Sauternes).

Huradin.JPG

Carpe Huradin! (Photo (c) H. Lalau 2015)

Au Château Huradin, comme pour tous les vins issus de raisins passerillés ou botrytisés, on ne pas seulement sûr avec ce que Dame Nature vous donne; en plus, on trie. Le terroir à bon dos; dans ce type de vin, les efforts  et les choix de l'homme (et de la femme) sont primordiaux.

Quoi qu'il en soit, ce 2011 présente un nez séduisant de miel et d'acacia (ou de miel d'acacia!), et puis une touche d'abricot; la bouche, elle, évoque le citron confit; sucre et acidité se fondent plutôt bien; il y a de la vie dans ce vin. Un plaisir immédiat. Si j'étais du genre à dire que la marque du grand vin est de pouvoir vieillir longtemps, je vous dirais d'attendre encore. Mais ce n'est pas mon genre. Avez-vous envie d'attendre très longtemps le baiser de l'être aimé?

Et puis, que sais-je des conditions dans lesquelles vous le conserverez, ce Cérons? Et avec quoi ou avec qui vous le boirez?

Alors, Carpe Diem, Carpe Vinum Bonum Ceronensis! 

10:39 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

21 juillet 2015

Du neuf à Châteauneuf

Le nouveau président de la Fédération des syndicats de producteurs de Châteauneuf-du-Pape est tout sauf un inconnu (ni pour moi, ni pour vous, si vous suivez ce blog), puisqu'il s'agit de Thierry Sabon. Le vigneron du Clos du Mont-Olivet remplace à ce poste Bruno le Roy de Boiseaumarié (Château Fortia). 

châteauneuf du pape

Thierry Sabon (Photo (c) H. Lalau)

 

J'ai fait la connaissance de Thierry... à Stellenbosch, où il participait au Concours Michelangelo, revenant ainsi sur les traces d'un stage effectué quelques années auparavant chez Groot Constantia. 

Puis je l'ai revu à Châteauneuf, chez lui, à l'occasion d'une belle verticale de ses vins (jusqu'en 1964!).  

L'arrivée de Thierry à la présidence de la Fédération coïncide avec plusieurs annonces importantes pour Châteauneuf-du-Pape:  le cinquantenaire du concours des vins de la Saint-Marc en avril 2016, la célébration des 80 ans de l’AOC, en mai, le déménagement de la maison des vignerons, l'aménagement d’une Vinothèque dotée d’un bar à vins et d’un espace muséographique dans le centre du village, sans oublier la réunification des différents syndicats de l’appellation.

Du pain pour la planche pour Thierry et toute l'équipe de Châteauneuf (au premier rang desquels le dynamique Michel Blanc). Bon courage! 

 

16:08 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |