05 novembre 2015

Best of Wine Tourism en Aquitaine

Il fut un temps, pas si lointain, où les châteaux du Bordelais snobaient le touriste. Ce n’est plus le cas aujourd’hui : le Centre régional du Tourisme estime à 3,3 millions  par le nombre de visites dans le vignoble aquitain, dont près de 40% sont le fait de visiteurs étrangers.

L’oenotourisme est donc devenu un enjeu majeur pour la région. Depuis 2002, il a son prix annuel, les «Best Of Wine Tourism» (en franglais dans le texte), qui viennent d’être décernés à Bordeaux. Cette année, pas moins de 92 domaines viticole étaient en lice ; 20 ont été primés, dont 6 ont reçu le prestigieux «Best of d’Or» - la récompense de la meilleure initiative par catégorie.

Les voici, par catégorie :

Architecture & Paysage : Château Carbonnieux (Pessac-Léognan)

Découverte & Innovation : Château de Reignac (Entre Deux Mers)

Hébergement : Domaine de la Grange Neuve (Bergerac)

Restauration : Château La Dauphine (Fronsac)

Services oenotouristiques : Lynch Bages (Pauillac)

Valorisation touristique des pratiques environnementales : Château Coutet (Saint-Emilion).

Voilà donc six adresses à retenir pour les amoureux du vignoble aquitain – peut-être vous ?

 

00:14 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

02 novembre 2015

Dernières grives, premiers émois (et moi, et moi...)

Pas pu résister. J'avais aimé ce vin sur place, chez Tariquet, lors du pique-nique improvisé pour nous par les Vins de Gascogne, sur la terrasse. Je l'ai re-débouché chez moi, ce matin, avec fébrilité. 

Rien que son nom, les Dernières Grives, avait fait renaître en moi des souvenirs d'enfance - la plaine qui fume à l'automne, chez ma Grand-Mère, dans l'Oise, les oiseaux dans le lointain. 

Dieu qu'il passait bien sur la croustade gasconne, ce vin!

Faute de croustade, on a mangé de la tarte aux pommes, ce midi, chez moi.

 

FullSizeRender.jpg

Et l'accord était aussi très réussi entre les arômes de coing et de miel du vin, et les dernières pommes du jardin.

Notez que vous n'avez même pas besoin de ce genre d'alibi gastronomique!

Avant la tarte, j'avais goûté le vin tout seul, à l'apéro. Le premier mot qui m'est venu, c'est funambule. Drôle d'idée, non,? C'est que l'équilibre entre acidité et sucrosité est tout bonnement bluffant. Un peu plus, un peu moins, et on tomberait. Dans le mou ou dans l'acerbe. Mais là, la magie du Manseng opère, c'est charmant, et c'est vif à la fois. 

Le fruit d'un beau travail à la vigne, sans doute, pour obtenir la maturité optimale, et d'une vinification très propre - il faut dire qu'on mangerait par terre, chez Tariquet.

Bref, je pourrais en parler des heures, mais je préfère me resservir. Avec modération, bien entendu!

20:02 Écrit par Hervé Lalau dans France, Sud-Ouest | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |