13 août 2015

Valençay, légendes, fromage et vin

Les légendes sont souvent plus alléchantes que la réalité.

Prenez le fromage de Valençay.

D'aucuns soutiennent que c'est Napoléon, qui, de passage chez Talleyrand, au retour de la campagne d'Égypte, aurait tranché le haut du fromage d'un coup de sabre, dans un accès de colère.

Belle précision, surtout pour un ancien officier d'artillerie!

Sauf que Talleyrand n'achète le château de Valençay qu'en 1803. Soit quatre ans après le retour d'Égypte de Bonaparte!

D'autres chroniqueurs de Valençay attribuent sa forme... à celle du clocher de Levroux.

1280px-Valençay_04.jpg

Photo Pierre-Yves Baudouin

En réalité, on s'en fiche un peu. Et on ouvre une bouteille de Valençay. Seule véritable question qui vaille: du blanc ou du rouge?

Je pencherai pour le blanc.

Vous voulez une bonne adresse? En voici une:  le Claux Delorme (Domaine Minchin). 

Et tant que vous y êtes, essayez aussi le rouge (cabernet franc, côt et gamay).

14:07 Écrit par Hervé Lalau dans France, Fromages, Gastronomie, Loire | Tags : valençay, minchin, claux delorme | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

09 août 2015

Un viognier ardéchois signé Chapoutier

Pour le commun de oenophiles, Chapoutier, c'est un des grands noms du Nord du Rhône. Mais saviez-vous qu'il exploite un vignoble au Sud de l'Ardèche? Et ce, depuis 1995? Son nom est celui du lieu-dit: Les Granges de Mirabel. J'ai goûté cette semaine son Viognier 2014.

IMG_6896.JPG

Est-ce l’altitude (350m) ou les sols volcaniques des Coirons, mais ce Viognier est non seulement expressif, comme on peut l'attendre de ce cépage aromatique, mais aussi assez vif, ce qui est moins courant.

Est-ce de la mirabelle au nez? En tout cas, du fruit blanc bien mûr, complété d’agrumes. La bouche est à la fois fraîche et pleine; tout est bien en place - c'est riche (mais l'alcool ne domine pas), c'est gras (un peu de miel de de coing viennent compléter le nez), mais pas mou. Même la pointe d’amertume en finale est bienvenue, elle relance l’intérêt des papilles de notre langue quelque peu… alanguie par tant de sensations.

La morale de l'histoire? Elle est double.

Primo, avec ce vignoble, Chapoutier a fait une excellente acquisition.

Secundo, moi aussi. Car oui, j'ai acheté la bouteille - je rédige en ce moment même un petit papier sur le viognier d'Ardèche, et cette cuvée manquait à mon panel. Elle figurera en bonne place dans ma sélection. 

09:35 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |