10 novembre 2015

Thomas Sotto vote-t-il les lois en France?

Thomas Sotto recevait Emmanuel Macron, ce matin, sur Europe 1.

Evoquant l'amendement des sénateurs assouplissant la loi Evin, voté en septembre et confirmé hier en commission des lois à l'assemblée nationale, l'animateur radio n'a pas eu un seul mot pour soutenir la libéralisation de la promotion oenotouristique.

Il a diffusé un seul avis, celui de M. Evin, défavorable à l'amendement (quelle surprise!).

Il a laissé entendre à plusieurs reprises que les lobbies du vin étaient derrière ce texte (dont il n'a pas détaillé le contenu, ce qui serait pourtant utile si l'on veut en parler en connaissance de cause). Comme si le législateur, dans tous les domaines dont il traite, ne devait jamais tenir compte d'aucun avis extérieur. Comme si le lobby des producteurs de médicaments et des hygiénistes n'existait pas. C'est pourtant ce lobby, soutenu par la Ministre de la Santé, qui avait tenté de supprimer l'amendement précité.

Personne n'a eu l'occasion de venir défendre la position selon laquelle le vin est un produit différent des autres boissons alcooliques, en termes de culture et en termes de dangerosité. Aucun vigneron, aucun buveur, aucun sénateur ou député n'a pu exprimer son opinion. Aucun chercheur n'a pu montrer par les chiffres que le vin n'était pas responsable de l'alcoolisation des masses, et notamment des jeunes. Nul n'a cité le mot de modération.

J'ai eu l'impression que M. Sotto, qui parle d'"un débat qui ne fait que commencer" (alors que le texte est en deuxième lecture) faisait la politique en France, à la place des élus. Qu'il semblait attendre du gouvernement qu'il censure les parlementaires. 

J'ai eu l'impression que la loi Evin et ses arrêtés d'application constituaient un des piliers majeurs de la constitution française. A moins qu'il ne s'agisse de sorte de religion laïque positionnée au dessus des lois, d'une charia sanitaire s'imposant naturellement à tous, et que même la représentation nationale ne pourrait remettre en question.

M. Sotto, en toute camaraderie, puisque vous parlez dans le poste et que moi, j'écris dans la presse, je trouve que vous outrepassez vos fonctions. Vous ne faites pas preuve du plus petit commencement de pluralisme.

Et vous me courez sur le haricot avec votre prêt à penser.

Si vous êtes d'accord avec moi, amis lecteurs, dites-le!

07:24 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

09 novembre 2015

Château du Moulin à Vent

A Moulin à Vent, il y  a un moulin, sans doute, mais aussi un Château - le Château du Moulin à Vent. Même que Lamartine y a vécu. Le poète n'y buvait pas que de l'eau, dit-on.

Aujourd'hui, la famille Parinet perpétue la vocation viticole de l'endroit. 

J'ai tout particulièrement apprécié la cuvée Croix des Vérillats 2012, issue d'une parcelle de 2 hectares (sur les 30 que compte le domaine). Les vignes de 50 ans, exposées à l'Est, s'enracinent dans une couche de sable qui recouvre le granite.

Leurs jolies baies nous offre ce vin de petit rendement, puissant et vif, au bois présent mais pas dominant (le vin à passé plus d'un an un fût), qui lui confère quelques jolies notes de café; pour l'instant, on se croirait plutôt en Bourgogne que dans le Beaujolais - mais quelques secondes de patience en bouche, et c'est un fruit noir qui revient au galop, joyeux, juteux, presque méridional, accompagné de notes de sous-bois, et qui nous rappelle que n'en déplaise à Philippe le Hardi, le Gamay n'est pas un si mauvais... plan(t). 

IMG_7923.jpg

Contact: Château du Moulin à Vent

00:16 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |