14 mars 2013

Droits de plantation: maintenant, je m'en fous

J'ai reçu ce midi une nouvelle lettre des défenseurs de l'encadrement des droits de plantation.

Pas envie de polémiquer plus avant. Rien à gagner; aucun intérêt personnel, aucun électeur - je parle de moi.

J'ai déjà dit ce que j'avais à dire, et rien de ce que pourrait ajouter n'y changera rien. Maintenant, j'ai décidé que je m'en fous. Qui suis-je pour vouloir le bonheur ou la liberté des gens malgré eux?

Mais pourquoi ne reçois-je jamais aucun communiqué des défenseurs de la liberté de planter? Ont-ils honte?

On croirait des Catholiques sur un plateau de télé - hier, à la RTBF, le présentateur-vedette demandait à un prêtre si la pompe du Vatican au moment de l'élection du Pape n'était pas une forme de propagande, de prosélytisme. Oh la belle question que voila!

La réponse du prêtre n'avait aucune importance, on savait qu'il était de parti-pris. La vedette, aujourd'hui, ce n'est plus l'invité.

Et personne ne s'est demandé pourquoi la chaîne avait pris la peine d'infliger à ses téléspectateurs plus d'une heure cet opium du peuple.

Nos vivons une époque moderne.


 

13:50 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

25 février 2013

Findus - bouclons la boucle

Et pour boucler la boucle, une version française (?) retraduite automatiquement du Galicien.


"Toujours la meme, mais TOS Gallego écoulement mon copain Luis Paadin...

Reçu d'un ami qui préfère rester anonyme pour des raisons d'anonymat (ce que je respecte, David!), cet aphorisme merveilleux qui a le double mérite d'être pleinement ancré dans un sujet, contestant notre expérience quotidienne et, en même temps que vous valeur intemporelle existentielle, philosophique, mystique, qui transcende les religions, les cultures, les tabous, la Vincennes Epson sur Chantilly ...

Eh bien, en bref, en un mot, sans plus tarder, marquant toute la crudité elle:

«Quand j'étais jeune, a déclaré: "manger de la viande, vous serez aussi fort comme un taureau! "

Maintenant, je comprends que je suis monté comme un cheval ...!

Heureusement pour Findus! "

D'origine inconnue - autres intermédiaires, bien sûr..."

PS. Sur notero que chez Amis de Galiciens, chi ne pas manquent les cojones, Le Boeuf devient taureau...

D'où il ressort que les traductions automatiques, ça peut aider, mais c'est comme les lasagnes de cheval, il ne faut pas demander au cheval de mettre les étiquettes sur les barquettes.

14:21 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, Pour rire | Tags : findus, cheval, taureau, boeuf, traduction | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |