28 juin 2013

Vous avez dit "vin authentique"?

Vous ne jurez que par les vins "authentiques", par la "typicité", par la "fidélité au terroir".

Ou au contraire, ces notions vous donnent des boutons.

Dans les deux cas, une étude peut vous intéresser. A défaut de donner définitivement raison aux uns ou aux autres, elle pose pas mal de bonnes questions. Son titre est déjà tout un programme; "Faire la preuve de l'authenticité du patrimoine alimentaire - le cas des vins de terroirs".

7426690-cachet-authentique.jpg


Elle met notamment en cause les procédures d'agrément: "Le test de dégustation d’agrément des vins  que demande la Commission Européenne est impossible. C’est une épreuve insupportablement « réductrice » par rapport à la procédure distribuée de jugement de la qualité. L’approche de la Commission Européenne sous-tend que le terroir soit in fine quelque chose, et non pas comme les acteurs que nous avons rencontrés un processus de production ou quelque chose en train de se faire. Elle exige de la représentativité là où elle fait irrémédiablement défaut."

L'étude est signée de Sandrine Barrey (Maître de conférences à l'Université de Toulouse) et de Geneviève Teil (Chargée de Recherche à l'INRA). Cette dernière fait pas mal parler d'elle ces derniers temps en remettant en cause le système actuel des AOC, notamment sous l'angle de l'environnement.

Le contenu de l'étude est disponible ICI

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

20 juin 2013

Si, le vin aromatisé existe bel et bien!

Je viens d'avoir une conversation très déplaisante avec l'agence Oxygen, dont je mentionnais le communiqué relatif aux vins aromatisés de son clients Bigallet.

Je prétendais que l'expression "vin aromatisé" était un abus de langage, une mention interdite.

Je me trompais.

Les vins aromatisés ont bel et bien une existence légale. Depuis juin 2011, pour être précis.

A cette date, à Porto, lors de son assemblée générale, l'OIV a voté le texte suivant:

 

RÉSOLUTION OIV-ECO 395-2011

Ayant pris connaissance des travaux des groupes d’experts «Droit et information aux consommateurs» et «Code international des pratiques œnologiques»,

DÉCIDE :

D'introduire dans le « Code international des pratiques œnologiques » la définition suivante:

PARTIE I
Chapitre 6 : Produits à base de raisin, de moût de raisin ou de vin 6.8. Vins aromatisés

Le vin aromatisé est la boisson :

  • -  obtenue à partir d’au moins 75 % en volume de vin et/ou de vin spécial

    tels qu’ils sont définis dans le Code international des pratiques oenologiques de l’OIV, et qui a été soumise à un processus d’aromatisation ;

  • -  qui a pu faire l’objet d’un ajout d’alcool éthylique d’origine viticole et/ou d’un distillat de vin et/ou d’alcool d’origine agricole ;

  • -  qui a pu faire l’objet d’une édulcoration ;

  • -  qui a pu faire l’objet d’une coloration ;

  • -  qui a pu être soumise à une ou plusieurs des autres pratiques

    œnologiques spécifiques applicables à cette boisson ;

  • -  dont le titre alcoométrique volumique acquis se situe entre 14,5 % minimum et 22 % maximum.

© OIV 2011

Exemplaire certifié conforme Porto, le 24 juin 2011 Le Directeur Général de l’OIV Secrétaire de l’Assemblée Générale

Federico CASTELLUCCI


J'avais donc tort sur toute la ligne. Bigallet est tout à fait en droit de communiquer sur ses vins aromatisés.

Même si je regrette la décision de L'OIV, qui, pour moi, peut être source de confusion dans l'esprit des consommateurs entre le vrai vin et les produits aromatisés, ce n'est pas à moi de dicter les réglements.

Par contre, je me réserve le droit de ne pas accueillir sur ce blog ce que je continue à considérer comme un produit sans lien au terroir.

Par ailleurs, l'attachée de presse d'Oxygen m'ayant fait remarquer que je ne devais pas reproduire son communiqué sur mon blog, je l'ai retiré de mon post précédent.

Non parce que je pense qu'elle peut ainsi décider de ce que je peux publier ou non, de ce qu'elle m'adresse, mais parce que je n'ai aucunement l'envie, même indirectement, de faire l'apologie d'un tel produit.

 

10:44 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |