28 décembre 2014

Ca bouge chez IVV!

Le dernier numéro « papier » d’In Vino Veritas est sorti de presse il y a quelques jours.

Un véritable collector!

fr.jpg

Dès le mois de février, en effet, cette revue, dont j'ai l'honneur d'être le rédac'chef adjoint, passe en numérique. En digital, comme disent ceux qui comptent sur leurs doigts.

C’est là l’aboutissement d’un processus débuté il y a plus de trois ans, lorsque nous avons commencé à proposer des abonnements à la version numérique du magazine.

Mais la démarche actuelle va beaucoup plus loin: libéré des contraintes de la parution papier, nous entendons bien profiter au maximum des possibilités du virtuel, et notamment de l’interactivité.

Comment cela va-t-il fonctionner en pratique ?

Notre site internet, www.invinoveritas.apic.be sera notre plateforme centrale de diffusion; nous y regrouperons tous nos contenus – le blog, le magazine, la newsletter.  Certains en accès libre, le plus gros du magazine avec code d’accès pour les abonnés. Les articles pourront également être commandés à l’unité via le site.

Des liens vous permettront d’accéder directement aux sites des producteurs sélectionnés ou de leurs importateurs ; ou encore, de vous référer aux articles déjà parus dans IVV sur le même sujet.

Autre changement de taille – c’est le cas de le dire, le nombre d’articles n’étant plus un souci, In Vino Veritas va pouvoir gagner en volume.

Parce qu’à toujours vouloir faire court, on finit par ne plus rien expliquer.

Il gagnera aussi en réactivité : tous les deux jours, un nouveau contenu sera mis en ligne.

Nous espérons que ces changements vous séduiront.

En attendant, dans ce numéro, vous trouverez toutes vos rubriques habituelles, avec en vedette un dossier Douro.  

Hervé Lalau

00:24 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Europe, France | Tags : presse, magazine, ivv, in vino veritas | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

15 décembre 2014

La grève, c'est aussi belge!

Parisiens qui pestez contre les taxis en grève, oubliez ce que vous avez pu entendre sur le modèle social belge. Aujourd'hui, dans le Royaume, c'est grève nationale - il n'y a même plus que ça de national, avec l'aéroport de Zaventem, dans ce pays fédéralisé.

Cette grève que je qualifierai plutôt de générale fait suite à plusieurs mouvements sectoriels (notamment deux en une semaine dans les chemins de fer). 

Sa caractéristique est d'avoir été lancée par les syndicats avant même l'entrée en fonction du nouveau gouvernement de droite. Le compromis à la Belge semble donc avoir du plomb dans l'aile.

Comme indépendant, cette grève a peu d'impact sur mon activité - personne ne me payant mes journées de grève, je suis fidèle au poste et mon patron - moi-même - s'en félicite.

Mais les grandes entreprises et les administrations seront touchées de plein fouet.

Amis vignerons, exportateurs, ce n'est donc pas le jour de venir présenter vos vins en Belgique.  

Je n'ai pas vu beaucoup d'échos à ce mouvement dans la presse française (la Belgique est pourtant un pays proche), aussi m'a-t-il semblé utile de vous avertir.

09:48 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Europe | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |