24 mars 2009

Non, tous les vignerons français ne sont pas contre les rosés de coupage


Réponse du berger à la bergère: l'Association générale des Entreprises Vinicoles françaises, qui  défend les rosés de coupage, rappelle que la décision de principe de les autoriser en Europe, prise à Bruxelles voici quelques jours, est le fruit d'une longue concertation... à laquelle ses adversaires ont participé!


«En France, nous avons présenté cette proposition à nos amis de la production dès octobre 2008, nous en avons reparlé officiellement à trois reprises dans des réunions à caractère interprofessionnel; jamais aucun commentaire n’a été fait dans ce cadre ».


Pour l'AGEV, «Les arguments avancés dans ce dossier relèvent du fantasme, car chaque vin à IG conserve la possibilité de définir dans son cahier des charges, les disciplines qui lui paraissent nécessaires pour défendre ses qualités spécifiques. Comme pour les autres conditions de production (rendement, taille cépage,…); jamais il n’a été question d’imposer à tous les mêmes pratiques. Et d’ailleurs qui peut sérieusement prétendre que la mezcla espagnole (qui d'ailleurs est un vin rouge) serait le concurrent des AOC Côtes de Provence ? ».


On ajoutera que la pratique est déjà autorisée depuis des lustres en Champagne, où elle ne semble pas poser de graves problèmes, ni qualitatifs, ni commerciaux!


L’AGEV est très dure vis-à-vis des opposants de la dernière heure:  «Faute de participation active à des travaux techniques, préparant le cadre réglementaire issu de la nouvelle OCM, ils n’ont pas eu d’autres recours – alors que les négociations étaient quasi terminées – que d’aller sur le terrain politique. Ils cherchent à contraindre le Ministre de l’Agriculture, comme certains l’avaient déjà fait sur la question de l’arrachage, à défendre des positions incompréhensibles pour ses différents partenaires au Conseil européen ». 


Une chose est sûre: cette cacophonie franco-française ne va pas redorer le blason des instances viticoles françaises auprès de la commission de Bruxelles: celles-ci apparaissent comme des girouettes et préfèrent souvent le diktat politique à la négociation. 

07:39 Écrit par Hervé Lalau dans Europe | Tags : roses de coupage | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

02 janvier 2009

Bio et OGM à la fois?

Depuis le premier janvier, en application de normes adoptées en juin 2007, les produits biologiques vendus en Europe peuvent contenir des résidus d'organismes génétiquement modifiés (OGM) sans étiquetage particulier, à concurrence de 0,9%, pour autant que cette présence soit "fortuite ou techniquement inévitable". En deça des 0,9%, aucune mention légale de la présence d'OGM n'est obligatoire. 

 

11:46 Écrit par Hervé Lalau dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |