07 juin 2012

La critique vineuse mieux encadrée en France

Attendus du Jugement du TASCF dans l'affaire Lalau contre Lalau

Attendu l'exception culturelle française et la nécessaire protection des droits acquis.

Attendu que le nombre de vignerons a baissé en France de 25% en 20 ans malgré le système actuel de protection des droits de plantation et l'excellence de leur production, notamment dans le cadre des appellations d'origine.

Attendu que la France a signé la réforme de l'Organisation Commune du Marché Vin au sein de l'Union Européenne, prévoyant la libéralisation des droits de plantation.

Attendu que la France n'a pas encore appliqué la libéralisation des droits de plantations.

Attendu que la France n'a jamais compté appliquer la libéralisation des droits de plantations.

Attendu que la France réclame un retour à l'encadrement des plantations de vigne.

Attendu qu'avec la libéralisation prévue dans le cadre de la réforme européenne, on peut craindre l'arrivée de nouveaux grands opérateurs qui risquent de concurrencer la production officiellement qualitative des producteurs existants.

Attendu que les vins qui seront produits par ces nouveaux opérateurs seront forcément moins bons, puisque leurs vignes ne seront pas aussi officiellement encadrées.

Attendu que la baisse de consommation de vin en France interpelle les clients étrangers.

Attendu que le vin, partie intégrante du patrimoine national, nécessite des relais d'opinion.

Attendu que le nombre de magazines spécialisés en vins est en diminution constante.

Attendu que le nombre de pages consacrées au vin dans la presse généraliste est en diminution constante.

Attendu que le nombre de journalistes spécialisés en vin est en diminution constante, malgré l'excellence de leur production.

Attendu que les blogueurs font peser une menace réelle sur cette activité, en s'arrogeant le droit d'émettre des jugements de valeur sur des vins.

Attendu que seule une bonne formation sur le vin, son patrimoine, la justesse du système d'appellations à la française autorise un auteur à émettre de tels jugements de valeur.

Considérant les points qui précèdent, le Tribunal Arbitral du Sport Cérébral de France (TASCF) ordonne:

- Primo, que soit instauré un droit d'exercice de la critique vineuse, sur le modèle des droits de plantation. Ce droit d'accès à la profession sera matérialisé par le titre de Journaliste Vineux Qualifié (JVQ).

- Secundo, toujours en adéquation avec le système des droits de plantation, et selon le principe "possession vaut droit", que tous les journalistes encore en exercice dans le domaine du vin soient réputés habilités à poursuivre leur activité officiellement qualitative. Ce droit est inaliénable mais cessible contre rémunération.

Dans un second temps, un système d'homologation annuelle des nouveaux candidats journalistes sera mis en place, sous les auspices de l'ANIVIN de France (pour les articles concernant des vins hors appellation) et de l'INAO (pour les articles concernant des vins d'appellations françaises) et du Ministère des Affaires Étrangères (pour les articles concernant les vins non français).

Ces trois organismes seront chargés de vérifier la qualité des articles publiés dans l'année écoulée, en concertation avec la Haute Autorité du Journalisme Vineux, installée dans le cadre du CSA, sous la présidence d'Hervé Lalau.

- Tertio, que les blogueurs de vin établis sur le territoire national cessent toute activité (sauf s'ils sont habilités comme Journalistes Vineux Qualifiés).

- Quarto, qu'un fond d'indemnisation des JVQ soit institué, pour compenser la perte du revenu  des JVQ sur les 5 années écoulées du fait de la distorsion de concurrence. Ce fond sera alimenté par les contributions volontaires obligatoires des blogueurs de vins non homologués, en fonction de leur classement Wikio ou par ordre alphabétique (au choix). Les modalités d'assiette et de perception de ces contributions seront arrêtés par le Ministère du Budget en concertation avec la Haute Autorité du Journalisme Vineux.

Ce fond pourra être abondé par d'autres contributions volontaires obligatoires de la part des producteurs, mais aussi par les impôts, ou par des dotations des Pouvoirs Publics. A terme, il s'agit de faire du Journaliste Vineux Qualifié un véritable agent de la fonction publique, afin de garantir son indépendance et son impartialité en le mettant à l'abri des tentations et du mercantilisme.

Fait à Lézignan-Colmar, le 6 juin 2012

00:22 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France | Lien permanent | Commentaires (9) | | | |

01 juin 2012

Cogito ergo sum... fatigatus

Je me rends compte, chaque jour un peu plus, à quel point il est difficile d'être toujours "au top" de la réflexion; intéressant; convaincant; pertinent. Et aussi, à quel point les événements quotidiens de notre belle planète rendent dérisoire tout ce que je pourrai vous dire si je veux rester dans ma petite sphère de compétence.

 

Fatigatus.jpg

Photo (C) Marc Vanhellemont

 

Ce monde est-il sérieux?

Des élus du littoral atlantique américain ont déposé un projet de loi interdisant les mesures de l'élévation du niveau de la mer en Caroline du Nord, sous prétexte que le "catastrophisme n'est pas bon pour le business".

Un dictateur africain soupçonné de pratiquer la torture vient d'être désigné comme ambassadeur du tourisme de l'ONU.

Deux rabbins israéliens déclarent doctement que la Torah du Roi autorise à tuer les enfants des ennemis d'Israel en temps de guerre, "car sinon ils grandiront et nous porteront préjudice".

A Houla, en Syrie, vendredi dernier, 50 enfants ont succombé sous les balles ou les couteaux de miliciens "non-identifiés".

A Montréal, un assassin nécrophile démembre le cadavre de sa victime...

A Miami, un homme sous l'emprise de la drogue mange le visage d'un SDF...

Et ce ne sont là que quelques bribes de l'actualité de la journée. J'aurais pu en citer d'autres, du même tonneau de sang, de bile, de haine, de bêtise et d'acide...

Et je continue de vous parler de vin.

Le nouveau gouvernement français va-t-il aider la filière viticole?

Les Primeurs de Bordeaux sont-ils vraiment une affaire?

Faut-il préférer Quincy ou Reuilly?

Les concours de vins sont-ils crédibles?

La critique vineuse est-elle en danger?

Les journalistes vineux sont-ils à vendre?

Sont-ils trop chers?

Je vous laisse vous dépatouiller avec ces grandes questions; pour aujourd'hui, je me contenterai de boire à la santé du monde. Et de Frank Ribéry, qui nous parle du Touquet: "Le Touquet, c'est une ville que j'aime bien venir".

Encore un type qui a l'esprit fatigué.

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Canada, Etats-Unis, Europe, France, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (24) | | | |