30 octobre 2011

Robert Parker n'aime guère les blogueurs

Pour Wine Business International, mon excellente consoeur Suzanne Mustacich a interviewé Robert Parker himself.

Le grand Bob s'y montre assez expéditif. A croire qu'il avait une casserole sur le feu ou des cookies dans le four.

Une question de Suzanne en particulier retiendra l'attention des journalistes et blogueurs de vin: "Prévoyez-vous une évolution du rôle du critique vineux dans l'avenir?"

La réponse de Robert Parker tient presque de la parabole:

"Il y a deux écoles dans la critique ou la littérature vineuse:

1) Le professionnel payé qui est habituellement indépendant et bien formé;

2° Les blogueurs qui offrent leur avis gratuitement, et qui, pour la plupart, manquent de sérieux et de professionnalisme".

Le prophète américain oublie une troisième catégorie: les journalistes-blogueurs, comme moi. Mais ce n'est qu'un détail.

Le plus embêtant, c'est que toutes ses affirmations (ou dois-je parler de préceptes?) peuvent être contredites.

Indépendants, les journalistes professionnels payés? Qui choisit les sujets? Pourquoi a t-on plus de chance de pouvoir passer un papier sur les crus du Médoc que sur les Côtes du Brulhois ou sur Ribeiro?

Bien formés? Par qui? Comment? Suffit-il d'avoir la carte de presse? Faut-il être syndiqué? La meilleure formation, c'est de déguster souvent et longtemps, de se documenter... et accessoirement de savoir écrire.

Au fait, Robert Parker classe-t-il les sommeliers qui écrivent parmi les critiques professionnels? Et les consultants? parce que pour ce qui est de l'indépendance dans l'écriture...

Quant à dire des blogueurs qu'ils manquent de sérieux et de professionnalisme...

Primo, ils sont tellement nombreux qu'on ne peut pas les mettre tous dans le même sac. Essayez un peu, rien qu'avec Olif et Nicolas de Rouyn...

Secundo, ceux qui sont sérieux sont très sérieux, et le plus souvent plus indépendants que les professionnels.

Quant à regretter qu'ils ne soient pas professionnels... mais c'est justement la définition du blogueur, et tout l'intérêt de la chose.

En résumé, M. Parker, vous enfoncez des portes ouvertes. Et avec l'âge, il semble que vous devenez de plus en plus péremptoire. Ce n'est pas parce que vous dégustez plus vite que votre ombre (et plutôt bien, à ce qu'on dit) que ça vous donne le droit de juger de manière si manichéenne des gens que vous ne connaissez même pas. Vous lisez souvent ce blog? Celui d'Hervé Bizeul, alors? Votre français laisse à désirer? Vous lisez donc celui d'Andrew Jefford, peut-être? Ou celui de David Cobbold? Ou celui de Lincoln Siliakus? Non plus?

C'est dommage pour vous.

Et pour nous. Parce que pour le peu que j'ai lu de vous (je veux dire, de votre main), je pense que vous n'avez pas fait que du mal au vin. Il vous est certainement arrivé d'être sérieux et professionnel, voire indépendant.

Vous voyez, moi aussi, je peux écrire n'importe quoi.

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Etats-Unis, Vins de tous pays | Tags : parker, blog | Lien permanent | Commentaires (10) | | | |

22 septembre 2011

Incontournable: Adolf in California

Pour ceux qui lisent l'anglais. Le Parker. Le Suckling. Et aussi pour ceux qui entendent l'allemand, mais la traduction est assez libre...

http://www.youtube.com/watch?v=3WGOVHpeVq4&feature=re...

Les aficionaos de You Tube le savent, la scène du film "La Chute", ici parodiée, a donné lieu à de nombreuses "interprétations", da s le domaine de la chanson, de la politique. Certaines sont particulièrement habiles. Les ayant- droits du film ont essayé de faire retirer les vidéos, apparement sans trop de succès.

Toujours à partir des mêmes images, on trouve encore d'autres parodies sur le même thème du vin californien, comme ICI

Il ne manque plus que des versions françaises...

14:40 Écrit par Hervé Lalau dans Allemagne, Etats-Unis | Tags : hitler, vin californien, parodie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |