02 juillet 2012

Vive le foie gras... quand même!

Depuis hier les Californiens peuvent toujours acheter des armes de poing, des armes d'épaule, des armes de défense, des armes d'attaque, des armes pour blesser, des armes pour tuer... mais ils ne peuvent plus acheter de foie gras.

En rétorsion, je me propose de tourner la page (Turning Leaf) et de limiter ma consommation de vin de Gallo. Un objectif tout à fait réalisable puisque je pars de... zéro.

Je vais aussi m'efforcer de compenser la baisse des ventes des producteurs de foie gras du Périgord, du Quercy, d'Alsace, de Gascogne ou d'ailleurs, en augmentant ma consommation personnelle et en appellant mes lecteurs à en faire de même, dussé-je en perdre quelques uns...

Je n'oublie pas que ceci est un blog de vin, aussi vous confierai-je que j'ai dans ma modeste cave quelques Monbazillacs, Coteaux du Layon et Rivesaltes Ambrés qui n'attendent que ça.

La bienpensanse sélective des illuminés de Gaia et de leurs amis activistes californiens m'écoeure. Et que des distributeurs français comme Carrefour, cet hiver, aient pu relayer leurs messages délirants me choque au moins autant.

J'ai visité assez d'élevages de volaille dans ma vie pour savoir que les gaveurs prennent beaucoup plus soin de leurs trésors sur pattes que leurs collègues de l'élevage en batterie.
Le reste, c'est de la sensiblerie, au même titre que les Anglais nous traitent de barbares parce que nous consommons des grenouilles (mais ne boivent-ils pas de la bière tiède, eux, atteinte autrement plus grave à l'ordre naturel des choses?).

800px-Foie_gras_IMGP2349.jpg

Re-legalize it!

Bref, cher amis de Californie, je vous plains, d'autant plus que l'on présente votre bel état comme un paradis de tolérance.

I wish they all could be foie gras eatin' girls.

En deux mots comme en cent: RE-LEGALIZE IT!

00:37 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace, Etats-Unis, Sud-Ouest | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

12 juin 2012

Mr Jobs and Mr Cook

Je suis fan d'Apple, surtout de la convivialité de ses technologies (j'ai testé Windows pendant 5 ans, merci).

J'ai du mérite, quand même, car la politique de la firme de Cupertino, Calif. vis-à-vis du vin est plutôt étrange: son site iTunes permet effectivement de télécharger des applications liées au breuvage de Bacchus, mais les avertissements qui précèdent la commande classent le vin parmi les drogues, ce qui me fait tiquer.

Quoi qu'il en soit, la première conférence de presse du groupe de l'après Steve Jobs, hier, a attiré mon attention. Je suis resté sur ma soif, car les ordis sont un peu les laissés pour compte de la nouvelle stratégie. Apple gagne beaucoup d'argent avec ses téléphones intelligents, son réseau, ses applis, mais ne se presse pas pour renouveler ses iMac. Or le mien arrive en bout de course.

Tout ceci pour dire que the times, they are a-changing. Le nouveau patron, Mr Cook, sera-t-il un comptable ou un visionnaire? Un capitaine de pédalo ou un aventurier? Trop tôt pour le dire.

Tim_Cook_2009_cropped.jpg

Tim Cook (Photo Valéry Marchive)

 

A ce stade, la boutade de Bill Murray me paraît incontournable: "20 years ago we had Johnny Cash, Bob Hope and Steve Jobs. Now we have no Cash, no Hope and no Jobs. Please don't let Kevin Bacon die".

 

17:37 Écrit par Hervé Lalau dans Etats-Unis, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |