21 mars 2013

Wine Advocate poursuit Galloni pour fraude et diffamation

La séparation entre le Wine Advocate et Antonio Galloni, qu'on disait amiable, ne l'est pas tant que ça: le Wine Advocate vient s'assigner son ancien collaborateur en justice pour fraude et diffamation.

Galloni est accusé d'avoir publié pour le compte de sa nouvelle société All Grapes Media des commentaires de dégustations auxquelles il aurait assisté en tant que représentant de Wine Advocate.

Galloni, quant à lui, dit avoir proposé ses commentaires au Wine Advocate, qui n'aurait pas jugé utile de les publier.

Il est également accusé d'avoir dénigré le Wine Advocate; pour étayer cette allégation, les plaignants citent une interview de Galloni au NY Times, dans le quel celui-ci dit avoir quitté le Wine Advocate parce la nouvelle structure ne lui permettait plus de travailler dans les conditions d'indépendance et de qualité requises.

Le Wine Advocate, dans les motifs de son action, souligne justement qu'il est totalement indépendant de tout producteur, négociant ou distributeur. Un point qui pourrait poser problème lors du procès, compte tenu des liens de Soo Hoo Khoon Peng, une des principaux actionnaires du nouveau Wine Advocate version singapourienne, avec le négociant Hermitage Wine. Une affaire plus ancienne, celle qui a mêlé Parker, Jay Miller et Pancho Campo, pourrait également ressurgir.

Il est à noter, en tout cas, que le nom de Robert Parker lui-même ne figure pas parmi les plaignants. 

Les avocats des nouveaux propriétaires lui auraient-ils forcé la main? Ou n'a-t-il plus rien à dire? 

Petit commentaire personnel: si l'on en vient aujourd'hui à s'affronter en justice pour des commentaires de dégustation, il ne faut pas s'étonner ensuite si l'arriéré judiciaire grandit...

15:04 Écrit par Hervé Lalau dans Etats-Unis, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

09 mars 2013

Brad & Angelina's latest sold out

Non, je ne parle pas de leur dernier film, mais du dernier millésime de leur Côtes de Provence rosé, le "Miraval Provence", dont 6.000 bouteilles se sont arrachées en primeur en quelques heures, ce jeudi.

Rappelons que c'est à présent la Famille Perrin qui en supervise la vinification et la commercialisation.

Miraval.jpg

Plus dans le numéro d'avril d'In VIno Veritas...

00:30 Écrit par Hervé Lalau dans Etats-Unis, France, Provence | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |