04 octobre 2010

Pla de Bages Oller del Mas Cuvée Bernat Oller 2006

Avec 600 ha, Pla de Bages, près de Barcelone,  est une des plus petites DO d’Espagne. Elle aussi une des plus jeunes, puisque sa reconnaissance officielle  ne date que de 1995. La production de la maison Oller del Mas, par contre, est attestée depuis le 10ème siècle. Si le cépage de base de la zone est le grenache, pour cette cuvée, Oller a opté pour le merlot. Planté en altitude, ce qui lui permet de garder une certaine fraîcheur, ce merlot-là se révèle des plus croquants; le nez présente  des notes de marasquin et de cuir; en bouche, on part vers les épices et vers l’olive noire, bien mûre. Une belle personnalité.

J'ai découvert ce vin lors d'une des dernières dégustations "Nouveautés" d'In Vino Veritas. On le retrouvera, parmi bien d'autres, dans IVV 144 (pour les abonnés, évidemment).

bolle06_det_1.jpg

 

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Espagne | Tags : catalogne, espagne, vin, vignoble, in vino veritas | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

10 septembre 2010

Lustau East India Solera

Je rebondis sur les échanges de commentaires de mes amis Luc Charlier, David Cobbold, Alain Leygnier et Michel Smith, nourris de jazz et de bon vin. Au détour d'un post, ce dernier évoque Lustau et son East India Solera.

Magie du direct, au même moment, je reçois ce texte d'un autre complice, Marc Vanhellemont, qui détaille ce vin!

Sans plus lanterner, le voici (attention, côté affect, c'est du lourd)...

"L’ambre rouge de sa robe reflète quelques nuances marron et dorées dès le verre agité. Mais que sent-on, quels effluves s’exhalent à foison de cet obscur breuvage? Serait-il venu d’Orient chargé d’épices douces et piquantes, d’essences rares, de poivre de la côte des Malabars? Peut-on en boire, n’est-ce pas trop de voluptés réunies en un seul verre ? Dès la première gorgée, nous voilà transportés des amandes, figues sèches et noires olives hispaniques jusqu’aux confins asiatiques peuplés de parfums sucrés. 

 

Suave, il coule sur la langue qui s’alanguit dès l’orange confite goûtée, dès la pointe du moka perçue, dès la fraîcheur du citron comme par miracle ressentie. C’en est trop, fermons nos yeux et laissons jouir nos papilles.

Jadis les tonneaux de ce type de Jerez servaient de lest aux bateaux. Le roulis de la route des Indes les affinait et leur donnait ce parfum de soleil levant. Fait d’une majorité d’Oloroso coupé du liquoreux Pedro Ximenes, il titre 20° et appartient à la gamme des Cream." 

Lustau.jpg

 

 

09:31 Écrit par Hervé Lalau dans Espagne | Tags : vin, vignoble, xérès, jerez, sherry | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |