27 avril 2011

Où vont les vins d'Espagne importés en France?

J'avais déjà tiqué, voici quelques semaines, en apprenant la forte croissance des importations de vins d'Espagne en France.

J'avais surtout tiqué parce que dans les rayons ou dans les restos, ces vins brillent surtout par leur absence. Restait bien entendu la piste de coupages ("vins sans IGP de l'Union Européenne").

Mais les chiffres de coïncident pas.

Les ventes en France de vins sans IGP de L'Union Européenne représentent 77 millions de litres.

Les exportations de vins espagnols vers la France, elles, représentent 350 millions de litres.

Comme la règle des 85/15 ne s'applique pas au vin sans IGP mais qui mentionnent un nom de pays, il est interdit de mettre des vins non français dans du Vin de France. Cette piste là n'est donc pas la bonne.

Du côté des mousseux de cuves closes? Mauvaise pioche: s'ils assemblent des vins étrangers, ils sont aussi versés dans la catégorie Vins de l'union Européenne.

Alors quoi, il y a au bas mot 300 millions de litres de vins espagnols qui s'évaporent en France, ou qui finissent au caniveau?

Ou bien seraient-ils réexportés? On ne comprend pas bien la logique économique, dans ce cas. Les BIB du hard discount allemand, peut-être? Mais pourquoi ne pas les embiber en Espagne directement?

La distillation, peut-être? Mais pour produire quoi? Et pourquoi justement en France?

Ou bien il y aurait-il de la fraude aux appellations? Du vin espagnol viendrait-il "remonter" nos crus?  De l'airen de la Mancha finirait-il en Cognac ou en Vodka?

Vu les volumes concernés et vu la rigueur supposée des contrôles, l'idée a de quoi faire frémir. La France n'est pas le Sud de l'Italie, tout de même...

Si vous en avez une, d'idée...

12:33 Écrit par Hervé Lalau dans Espagne | Lien permanent | Commentaires (10) | | | |

21 février 2011

Mais où sont passés les vins de La Mancha?

Selon l'Observatorio Espanol del Mercado del Vino, la DO La Mancha a vu ses exportations baisser de 7,1% en 2010, à 40 millions de litres.  

Au palmarès de ses clients, on trouve au premier rang, l'Allemagne, et au second, la France, qui importe 7,8 millions de litres de vins de la Mancha, tous en vrac.

600px-Moulins_La_Mancha.jpgLes moulins de la Mancha

Ce qui me fait m'interroger: où vont ces vins?

On le sait, la région est principalement productrice de blancs du cépage Airen. Mais on en trouve rarement sur les tables des restaurants ou dans les linéaires, en France. En tout cas, pas sous ce nom. Ni même de rouges.

Alors que deviennent ces 7,8 millions de litres de vin? Entrent-ils dans des assemblages de vins de la Communauté européenne? Ou bien les distille-t-on? Dans les deux cas, n'est-il pas dommage qu'il perdent leur appellation au passage? Car même si la Mancha est un océan du vignes, n'oublions pas qu'elle bénéficie de la même protection, au plan européen, que la Romanée-Conti...

Et puis, petites questions subsidiaires: qui les importe, et à quel prix? Alors que les producteurs français croulent sous leurs stocks, et que les prix s'effondrent, pourquoi aller chercher en Espagne ce qui ne trouve pas preneur en France?

Comprenez-moi bien, ce n'est pas que je réprouve l'importation. Au contraire, je trouve que ce serait une chance pour la viticulture française que de pouvoir s'étalonner. Les consommateurs français y gagneraient, à terme. Mais là, ces vins de la DO Mancha ne sont pas vendus pour ce qu'ils sont, ils sont juste bons à "remonter" les vins français (ou à en rabaisser le prix), en toute discrétion; comme au temps de l'Algérie française...

Mais voila que comme Don Quichotte, je m'attaque à des moulins...

00:42 Écrit par Hervé Lalau dans Espagne, France | Lien permanent | Commentaires (7) | | | |