01 février 2016

Où sont les femmes?

La récente polémique (une de plus) sur l'absence de femmes dans la sélection du Festival de la BD d'Angoulême m'a incité à une sévère introspection. Je constate que les vins de femmes sont très peu présents dans ces chroniques.

Patrick_Juvet_Allan_Warren.jpg

Comme dirait Juvet: "Où sont les femmes?" (photo Allan Warren)

Pourtant, aucune volonté de ma part. D'ailleurs, comme la grande majorité des vins que je vous présente ici ont été dégustés à l'aveugle, au cours de dégustations multi-sexes, multi-races, multi tout (il nous arrive même de mélanger Languedoc et Roussillon, c'est vous dire!), je ne pense vraiment pas faire de sexisme.

Oui, mais. Considérant qu'il y a toujours beaucoup plus de vignerons que de vigneronnes dans la viticulture française et européenne, ne me faudrait-il pas, au titre d'encouragement, et de lutte anti-discrimination, décréter un quota de vins de femmes? Un peu comme ça se passe aux Etats-Unis avec le quotas de minorités dans les films, par exemple.

J'ai comme un doute. Non, deux.

D'abord, il me faudrait être sûr de sélectionner des vins réellement vinifiés par des femmes; il existe pas mal d'associations de femmes vigneronnes, mais à y regarder de plus près, il y en a de deux sortes: les femmes qui font le vin, et les femmes qui vivent avec ceux qui font le vin. Bien sûr, seules celles qui se rangent dans la première catégorie pourraient m'intéresser.

Secundo, me faudrait-il, après dégustation, aller jusqu'à repêcher un vin non sélectionné par ce que c'est un vin de femme? Je ne pense pas que ce soit là un service à rendre à la gente féminine.

En attendant, je pense donc que je vais continuer à sélectionner les vins pour ce qu'ils ont. In vitro veritas.

Après tout, sans aucun effort de ma part, j'ai quand même déjà épinglé les vins de Pascale Rivière (Jasse Castel) , Hélène Thibon (Mas de Libian), Clothilde Legrand (Domaine Legrand), Pilar Rodrigo (Shadrapa), Marie Chauffay (La Réserve d'O), Catherine & Alix Roque (Clovallon/Mas d'Alezon), Anne Donnadieu (Domaine de la Salade), Françoise Sirot-Soizeau (Château Closiot), Alessandra Quarta (Claudio Quarta)... et j'en oublie sans doute pas mal...

 

 

 

 

00:44 Écrit par Hervé Lalau dans Espagne, Europe, France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

21 janvier 2016

Vins Sans Indication Géographique de Provenance

Non, contrairement à ce qu'écrivent certains confrères français, la catégorie des Vins Sans Indication Géographique de Provenance n'est pas née d'hier; mais en 2009. Et s'ils visitaient plus souvent les grandes surfaces, ils en trouveraient sans trop de difficulté.

En voici un, sous la mention Vin de France (un rouge à 2,29 euros).

IMG_8460.jpg

Mais il n'y a pas que la France qui en produise: voici un Vin d'Espagne (un blanc sec, à 2,65 euros).

IMG_8458.jpg

Ces prix sont des prix relevés en Belgique, il faut donc tenir compte des droit d'accise et de la TVA. Même si, bien sûr, 21% de pas grand chose, c'est peu...

À titre de comparaison, toujours en grande distribution belge, on trouve aussi facilement des vins d'appellation à moins de 3 euros.

D'abord, un vin de Moselle allemande à 2,59 - le Zeller Schwarze Katz. 

IMG_8456.jpg

Et puis un vin moldave à 2,99 euros, un Chardonnay de l'AOC Moldova.

Comme quoi les vins d'AOC ne sont pas forcément mieux valorisés que les Vins Sans Indication Géographique.

IMG_8457.jpg


Vous vous étonnerez peut-être qu'il existe une AOC à l'échelle d'un pays entier - la Moldavie. Mais il faut relativiser: 33.000 km2 (la superficie de ce pays), c'est à peu près celle de la Bourgogne.
Et pour s'en tenir au vin, la surface viticole totale de la Moldavie équivaut à celle du département de la Gironde (à peu près 112.000 ha).

Gironde, où l'on trouve bel et bien deux appellations régionales (Bordeaux et Bordeaux Supérieure), dont la base géographique s'étend sur tout le département, même si, en réalité, en AOC Bordeaux, les surfaces déclarées sont de l'ordre de 45.000 ha.

Que tous ces chiffres ne vous donnent pas mal à la tête, pas plus que le soufre.

06:22 Écrit par Hervé Lalau dans Espagne, Europe, France, Moldavie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |