27 avril 2013

Et pourtant, elle fuit! (chronique dézinguée)

Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez que je ne suis guère favorable aux incongruités architecturales qui font de beaux paysages qui ne demandaient rien à personne les galeries à ciel ouvert de créateurs débridés. J'avoue même une certaine animosité vis à vis des nouveaux chais de Château Faugères, Cheval Blanc et La Croizille, dans le cadre d'un site classé.

Ca ne veut pas dire que je suis totalement hermétique à l'art contemporain. Certaines réalisations, en Autriche, en Afrique du Sud ou en Espagne, m'impressionnent même.

800px-Guardia_Calatrava_upategia_2006_09_15.jpg

Ysios (Photo Josu Goñi Etxabe)

Prenez le cas de la nouvelle bodega d'Ysios (Domecq/Pernod-Ricard), en Rioja. On dirait une vague. Mais il fait avouer qu'elle se fond plutôt bien dans le paysage (et puis, ce paysage là n'est pas classé). C'est d'ailleurs l'oeuvre d'un architecte connu, Santiago Calatrava, qui a également réalisé un auditorium à Ténériffe, une gare à Liège et un pont à Venise (jugé inutile par une bonne partie de la population, mais c'est une autre histoire).

Là où le bât blesse, chez Ysios, c'est que les poutres qui soutiennent la charpente ont joué. Que le toit du "monument" fuit. Ce serait gênant pour une gare ou un auditorium. Ca l'est tout autant pour une cave, qui, quoi qu'en en dise, ne fait pas de l'art pour l'art. Et à défaut de pouvoir changer l'eau en vin, un toit se doit aussi d'être fonctionnel.

Alors, Bodegas Domecq réclame 2 millions d'euros à l'architecte, dont les équipes n'ont pas pu résoudre le problème.

Le groupe veut faire reconstruire le toit, tout en lui gardant son aspect.

Moralité: l'art et la zinguerie ne font pas toujours bon ménage. Pour le premier, l'hermétisme est un défaut; pour le second, une qualité...

00:14 Écrit par Hervé Lalau dans Espagne | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

08 mars 2013

"Mes" femmes du vin

Journée de la Femme oblige, les journaux regorgent d'articles à la gloire du beau sexe. Et ce n'est pas moi, père de deux filles, qui gâcherai ce beau tableau. Vivement l'égalité... surtout du côté salarial!

Mais je profite du buzz de l'événement pour saluer ici six femmes du vin que je viens de cotoyer au cours des Vinalies, à savoir Béatrice Da Ros, Pilar Rodrigo, Anissa Djani, Maria Tzitzi, Isabel Mijares et Christine Chaminade.

Elles sont la preuve vivante, vivifiante et vinifiante que les femmes ont toute leur place dans le monde du vin.

Qu'elles fassent du vin ou qu'elles portent la bonne parole du vin, elles n'ont rien à envier aux hommes.

Bravo les filles, et continuez! Pour moi, la bataille sera gagnée le jour où personne ne remarquera plus que vous êtes des femmes, qu'on ne parlera plus de vin de femmes ni de vin pour femmes, mais que tout le monde aura le visage humain que vous donnez au vin et à la vie.

femme, vin, journée de la femme

 Maria Tzitzi

 

13:50 Écrit par Hervé Lalau dans Algérie, Espagne, France, Tunisie, Vins de tous pays | Tags : femme, vin, journée de la femme | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |