29 janvier 2013

Aurel 2008, pour le coeur et pour l'esprit

Lors de la soirée anniversaire des 30 ans des AOC du Languedoc, voici quelques semaines, je n'étais pas trop mal placé à table, entre Sylvain Fadat (Domaine d'Aupilhac, Montpeyroux) et Basile Saint Germain (Domaine Les Aurelles, Pézenas).

Pour rappel, ce dernier, installé à Nizas en 1995, est d'abord passé par Château Latour et par Cognac. Le genre de parcours qui confère un certain recul sur le métier de vigneron.

IMG_1957.jpg

Basile Saint Germain

La conversation a roulé comme les galets, sur plein de sujets passionnants - au moins pour nous.

Faut-il miser sur l'AOC ou sur la marque? Quid de la fraude et des "suceurs de roues" qui profitent de la notorité des autres? Que faire de l'agrément? Qu'est-ce que la typicité, quelle place doit-on faire pour l'exception au sein des appellations... etc, etc.

On n'a pas trouvé toutes les réponses, mais on a bien discuté...

Tout ça donne soif, et après une bouteille d'Aupilhac "La Boda 2010" (déjà commentée ici même en novembre), nous sommes passés à la cuvée "Aurel 2008", du Domaine des Aurelles.

IMG_1958.JPG

 Aurel 2008

Je n'ai pas été déçu du voyage: le nez, très fin, déborde de petits fruits noirs, de cuir, de sous bois; en bouche, j'ai noté de la résine de pin, des épices douces, pas mal d'ampleur et une finale vigoureuse, toute en tension, sapide, presque saline. Très beau vin, du genre de ceux qui réjouissent le coeur comme l'esprit. Viticulture bio.

Plus d'info: +33 4 67 25 08 34 - www.les-aurelles.com

21 novembre 2012

De l'importance des concours de vin

Je dédis ce billet à mon copain Luc, Vigneron internationaliste.

Petr Antocianu est oenologue en chef à la Coopérative de Balaclava, dans les Côtes de Knout, en Moldaquie.

Le mois dernier, il a inscrit deux de ses vins à l'International Wine Contest de Romorantin, délocalisé cette année à Sapporo.

Cela lui coûte 180.000 platinki par échantillon (l'équivalent de 140 euros); mais cette année, exceptionnellement, ses raisins étaient presque mûrs et presque sains. Et puis, il a pu utiliser le système de flash-détente installé en janvier à la fromagerie de Knout, qui l'emploie pour ses yaourts, avec le succès que l'on sait. Un yaourt de qualité s'achète chez Knoutskina!

concours de vin

"Verd i purit" (raisins moldaques en version originale)

Bref, cette année, il a des ambitions.

Primo, c'est sûr, un de ses vins va gagner une médaille et la Moldaquie va ainsi enfin pouvoir sortir de l'anonymat dans lequel la médiocrité très régulière de sa production l'avait injustement plongée.

Peut-être même qu'elle remportera une super-médaille (ne serait-ce que dans la catégorie "vins copeautés palette"). Vu le niveau des Bordeaux et des Bourgognes inscrits (on dirait la liste des invendus d'un catalogue de curateur de faillite), Petr estime avoir sa chance.

Secundo, Petr va enfin pouvoir obtenir l'augmentation que Micha Regulatorul, l'inamovible directeur de la coopérative (et ancien commissaire du peuple pour la Moldaquie orientale), lui refuse depuis 10 ans. C'est Maria, sa copine, qui va être contente!

Et même, qui sait, peut-être Micha dégagera-t-il un budget pour acheter des copeaux de qualité oenologique, un système d'osmose inverse et un appareillage de flash-détente. Comme ça, Petr ne devra plus dépendre du bon vouloir de la fromagerie et de Mme Dragul, son insatiable directrice (Maria sera encore plus contente). Il ne devra même plus dépendre de la météo.

Au final, qu'il pleuve, qu'il vente, ses vins seront mûrs, fruités, souples et marchands. Tous les ans.

Alors merci qui? Merci les concours de vins!

12:31 Écrit par Hervé Lalau dans Ecologie/Bio/Biodynamie, Vins de tous pays | Tags : concours de vin | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |