07 décembre 2009

Polyphonie des vins de Corse-Sud

Je rentre d’un périple de trois jours en Corse, à la découverte des trois appellations-villages du Sud de l’île, à l'initiative du CIV Corse et de son directeur Bernard Sonnet. Pour rappel, ces trois appellations ont pour nom Sartène, Figari et Porto-Vecchio.

Difficile de ne pas être séduit par la pugnacité de ces vignerons qui ont choisi la voie de la différence et de la qualité. Ils ont en commun des cépages aux noms exotiques: Vermentinu en blanc, Nielluciu et Sciaccarellu en rouge, qui composent l'essentiel de leurs cuvées. Il partagent aussi la faiblesse de leurs effectifs: 4 vignerons à Porto-Vecchio, 8 à Sartène, 6 à Figari. Ici, les assemblées générales sont certainement plus vite bouclées qu’en Bordeaux-Bordeaux Sup.

Photo du 57948953-12- à 16.05_2
Avant-hier soir, au Domaine de Torraccia (Lecci/Porto Vecchio) - Photo H. Lalau

A part ça, les trois AOC sont aussi différentes que peuvent l'être trois frères. La Corse est une mosaïque de petits terroirs, de vallées plus ou moins encaissées, avec des influences maritimes diverses, une géologie assez tourmentée (même si la base, au Sud, est granitique). Ajoutez à cela l’individualisme des locaux, et une assez grande dispersion des domaines, et vous obtenez une palette assez large de produits, pour un si petit morceau de planète. Une polyphonie bien corse.

Vosne et Gigondas

A Porto-Vecchio, par exemple, avec le même matériel de base, les trois cépages déjà cités, les quatre producteurs offrent ainsi pour certains, comme Fior di Lecci, des vins plutôt puissants, concentrés, costauds; tandis que les voisins de Torraccia présentent plutôt des produits sur la finesse. J’ai dégusté là des rouges à 12,5°, qui nous parlent d’un temps d’élégance qu’on croyait révolu. La comparaison est un peu bateau (on est sur une île, après tout!), mais ici, Vosne touche parfois Gigondas.

Figari, elle, possède certainement le terroir le plus chaud mais ses vins  sont pourtant rarement dépourvus de fraîcheur. Sartène, dont les vignes se répartissent sur plusieurs vallées plus ou moins parallèles, avec d'assez grandes distances entre les parcelles, présente sans doute la plus grande diversité.

Perolongo

Pero Longo (Sartène) - Photo H. Lalau

 

Surtout, j’a fait là de belles rencontres: Marc Imbert (oui, le fils de l’autre, au Domaine de Torraccia), qui a quitté les paillettes des grands Bordeaux et des Californiens trendy pour reprendre la propriété familiale de Lecci; Jean Ferracci, du Domaine de Sarcone, homme de petits rendements mais de grand coeur et de grande endurance, à Figari. Pierre Richarme, infatigable défenseur de l’appellation Sartène, biodynamiste non-sectaire, et qui a lui-même la force tranquille de ses vins de Pero Longo. Et pourtant, cet été, le feu a dévasté sa propriété.

J’aurais bien sûr scrupule à oublier les autres, la dynamique Gwenaële Boucher, du Domaine Granajolo; le jeune Pierre Gueyraud, de Fior di Lecci, à Porto-Vecchio - un fonceur, celui-là; ou encore, les Quilichini, mère et fille, au Castellu di Baricci, qui mettent autant de coeur dans leurs foudres que dans l’aménagement de leurs jolies chambres d’hôtes; Philippe Farinelli, qui, au clos Sarapale, semble préférer la compagnie des vignes et des foudres à celles de  people de passage dans les superbes gîtes que son épouse et lui ont si magnifiquement retapés…

Charme et servitudes de l'insularité

La Corse est une île de contrastes, de séductions faciles et de beautés profondes, où le farniente côtoie l’effort. Quand les nuits estivales sont rangées dans la boîte à mémoire, place aux vrais vignerons, qui s’échinent face à des rendements ridicules, à des fermentations délicates, aux coûts du transport qui font le charme de la vie insulaire,  la concurrence des vins de coopé à bas prix…

Pour paraphraser la chanson (pas vraiment polyphonique, je le crains), «Et tout ça fait d’excellents vins corses»...

Corse du sud 348

Votre chroniqueur en Corse et en action (Photo Marc Vanhellemont)

 

07:03 Écrit par Hervé Lalau dans Corse | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

17 juin 2008

Jean-Claude Colonna assassiné

Jean-Claude Colonna, le propriétaire du Clos Colonna, à Sartène, en Corse du Sud, a été assassiné. La gendarmerie parle d'une embuscade minutieusement préparée et la presse évoque un réglement de compte à caractère mafieux, lié, non à l'activité de Colonna, mais à son appartenance à la famille Colonna. Jean-Jérôme Colonna, un parent disparu en 2006, est soupçonné d'avoir été un des parrains du milieu corse.

Le Clos Colonna, régulièrementprimé dans les dégustations des guides, compte 6,5 ha d'un seul tenant à Tizzano. Il avait été acheté par Jean-Claude Colonna en 2003.

 

vigne colonna

Le Clos Colonna 

07:15 Écrit par Hervé Lalau dans Corse | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |