03 mai 2015

Yves Leccia E Croce Patrimonio rouge 2012

Quittant la propriété familiale, Yves Leccia a démarré un domaine propre à Patrimonio en 2005, avec des vignes héritées de son père, à Poggio d'Oletta. E Croce. 15 ha, aujourd'hui. Un site exceptionnel, où l'homme se fait tout petit devant la nature.

Pourtant, rien ne se fait sans l'homme (ou la femme), à Patrimonio.

Ce qui frappe, dans les rouges d'Yves Leccia, souvent marqués autant par le schiste que par le calcaire, et par son style propre, c'est l'équilibre et la fraîcheur.

Comme dans ce 2012. Fraîcheur du fruit noir et rouge au nez, fraîcheur des épices en bouche; équilibre des tannins, enrobés de jus; une jolie finale sur l'airelle, le cuir et la menthe.

Le niellucciu n'est sans doute pas le plus facile des cépages - un peu trop d'extraction, et c'est rèche; pas assez de maturité, et c'est vert. Alors quand on en trouve un comme celui d'Yves Leccia, bien balancé, on ne boude pas son plaisir!

 

E Croce.JPG

 

E Croce: Yves et Sandrine Leccia

11:26 Écrit par Hervé Lalau dans Corse, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

20 mars 2015

Forza les cépages corses!

La réappropriation de leur patrimoine ampélographique par les vignerons corses est une carte importante à jouer, pour la reconstruction d'une image positive du vin corse, notamment sur la Côte orientale.

IMG_4078.JPG

La "plaine" orientale est plus vallonnée qu'on ne le croit. Photo (c) H. Lalau 2014

 

Si le sol et le climat se prêtent à une viticulture qualitative, autant faut-il encore éviter le piège des cépages internationaux. Dans cet état d’esprit, le Centre de Recherche Viticole de Corse s’est doté dès 2000 d’un conservatoire des variétés autochtones. L’une d’elles, le Biancu Gentile, a été rapidement repérée, notamment par Antoine Arena à Patrimonio, le premier à en planter, suivi d’Yves Canarelli à Figari. Cette adhésion de vignerons prestigieux a été un élément déclencheur pour leurs homologues de la Côte Orientale: c’était la preuve que les anciens cépages pouvaient détenir une des clés du renouveau.
Aujourd’hui, le Biancu Gentile se rencontre dans quelques cuvées de la Côte Orientale, de même que le Minustellu, un autre rescapé du passé. Les autres, comme le Moresconu, le Genovese, l’Aleaticu, le Carcajolo, le Rossola Brandinca… commencent à compléter et enrichir les assemblages avec les Vermentinu, Niellucciu et Sciaccarellu.
Mais l’AOP Vin de Corse (dont l’aire correspond grosso modo à la Côte Orientale, les autres zones ayant des sous appellations ou des AOP à part entière) reste frileuse en termes de pourcentages de ces «nouveaux anciens cépages» dans les assemblages. Espérons que les choses évoluent afin que la gamme des vins proposés puisse s’étoffer, les assemblages se complexifier, et que revive ce joli passé des plants insulaires.

Plus ICI

 

07:31 Écrit par Hervé Lalau dans Corse, France | Tags : corse, cÉpages, nielluciu, minustrellu | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |