06 mars 2012

Vinalies (3)

Suite de mes aventures parisiennes.
Belle série de vins présumés chiliens et qui s'avèrent... chinois. Ces gens savent vinifier. Deux vins japonais, dont un qui valait la médaille d'or.
Je vais vraiment devoir réviser ma géo vineuse.

01:21 Écrit par Hervé Lalau dans Chili, Chine | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

01 février 2012

iPad ou sommelier?

Pour rester sur le thème abordé hier, celui du vin au restaurant, voici quelques remarques inspirées de mon vécu de client.

C'est fou le nombre de fois, en France ou en Belgique, où un vin que vous voulez commander sur la carte est épuisé. Pourquoi la carte n'est-elle pas mise à jour? Et comment se fait-il que le sommelier, ou celui qui en fait office (je vérifie rarement son diplôme), n'en sache rien?

Au Chili, "ce pays de parvenus du vin auquel la France a tout à apprendre (hmm)", au restaurant El Mundo del Vino, au centre de Santiago, la carte de vins vous est présentée sur Ipad.

Avantages: la carte est toujours à jour; mais aussi, vous avez accès à des commentaires sur le vin, à un outil de sélection en fonction des régions, du type de vin, du type de plat... bref, voila qui enrichit votre expérience vineuse.

ipad.jpg

Chez Aldo, la carte des vins est sur Ipad...

 

Ce n'est pas un cas isolé: chez Aldo, à Bueno Aires, cela se pratique aussi depuis quelques mois.

Trop facile? Trop moderne? Trop technologique?

A tout prendre, bien que j'adore le contact humain (je me refuse toujopurs à recourir au self-scanning au supermarché, parce que je pense que c'est le meilleur moyen, à terme, d'éliminer les caissières, ce que je réprouve, même si elles sont parfois exaspérantes), je préfère un outil informatique qui fonctionne à une carte déficiente, à sommelier absent ou incompétent parce que mal formé, pas formé du tout, ou mal dirigé.

Comme le journalisme vineux (voire le journalisme tout court), la sommellerie est un métier menacé. Menacé s'il ne prouve pas qu'il apporte un service additionnel: une bonne information.

 

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Chili | Lien permanent | Commentaires (10) | | | |