04 janvier 2010

Rififi au Syndicat Général des Vignerons de Champagne

Le 9 décembre dernier, Jean-Mary Tarlant a été élu président du Syndicat Général des Vignerons de Champagne; c'était lors d'une assemblée générale extraordinaire convoquée à la suite de la révocation de l'ancien président, Patrick le Brun.

Mais le nouveau président n'a guère eu le temps d'user son fauteuil: ii a démissionné le 22 décembre, lors d'une nouvelle assemblée générale extraordinaire.

C'est que les vignerons champenois, venus en masse (ils étaient 1.500 environ au palais des fêtes d'Epernay), n'ont pas suivi la nouvelle équipe dirigeante. Celle-ci mettait notamment en cause les rémunérations de Patrick Le Brun, le licenciement de l'ancien directeur du Syndicat et la " trop grande souplesse" de l'équipe Le Brun vis-à-vis du négoce. Mais la base vigneronne ne semble pas avoir été convaincue et a réclamé la tête... du nouveau président.
De nouvelles élections seront organisées début janvier.

Tout cela, en tout cas sent plus  la poudre que le chardonnay...

23:42 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

17 décembre 2009

Laurent Perrier Millésimé 2000

Voici quelques semaines  Laurent Perrier présentait à la presse internationale son Brut Millésimé 2000. L’occasion également de montrer sa toute nouvelle cuverie de Tours-sur-Marne, où la marque vinifie à présent la totalité de sa production.
L’occasion enfin de mettre un visage sur le nouveau patron du groupe, Stéphane Tsassis (venu de Guerlain), et sur les deux filles de Bernard de Nonancourt, qui a donné à la marque ses lettres noblesse ; j’ai nommé Alexandra et Stéphanie, ambassadrices de charme, mais aussi gardiennes du temple de la marque.

Laurent Perrier
Le petit dernier de LP (Photo H. Lalau)

Un millésime de valeur


Mais revenons au millésime 2000. Le maître de chais, M. Fauconnet, nous explique que Laurent Perrier n’est pas « un grand millésimeur» (moins d’une année sur deux ces 50 dernières années)  Ce qui n’en donne que plus de valeur aux millésimes qu’elle sort. Les autres  millésimés récents  chez « LP » sont  88, 93, 97 et 99.

Pour rappel, voici comment se présentait cette année 2000 en Champagne: un mois de juillet pluvieux, assez comparable à 1999, mais avec à l’arrivée, un degré  de plus. Des chardonnays très fins, des pinots noirs puissants et charpentés,- c’est ce qui a emporté la décision de millésimer.

Et dans le verre ?

Or soutenu, effervescence fine, fleurs blanches et  miel d’acacia (discret) ; agrumes et  fruits confits arrivent en rangs serrés à l’agitation, mêlés de pain d’épice. L’acidité est bien présente,  le premier contact est un peu rude, mais le liquide réchauffant dans le verre, la bouche s’équilibre assez rapidement ;, on perçoit alors la matière et le gras qui se donnent , alanguis, sur la langue. Bonne minéralité en finale.
A noter que le magnum sied encore mieux à ce Millésimé ; servi à bonne température (pas trop frais), il présente d’emblée une richesse insoupçonnée lors de la dégustation de la bouteille de 75cl.

Hervé Lalau


Données techniques : 50% chardonnay (Avize, Cramant, Oger, Chouilly), pas de Mesnil car grêlé. 50% pinot noir (Bouzy, Ambonnay, Mailly, Verzy).  11 g de sucre, 5g d’acidité (les moûts étaient à 7). Dégorgé il y a 6 mois

00:02 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |