16 mars 2011

Un hectare de vigne, qu'est que ça coûte en France?

Peut-être faites-vous partie de ceux qui, comme mes amis Guido (Jansegers), Bernard (Sirot) ou Luc (Charlier) ont réalisé le rêve de bon nombre d'oenophiles: s'installer dans le vignoble français et y faire du vin.

Pour vous, voici quelques prix à l'hectare récoltés par Agrifrance, une filiale de BNP Paribas. Il s'agit de moyennes calculées sur des trasactions réelles, sur l'année 2009.

vin,vignoble,prix d'achatUn hectare de vigne en Languedoc (comme ici, à Limoux), cela reste abordable (Photo H. Lalau)

 

Comme l'éventail est assez large, je les ai classées en 4 catégories:

1° Vous n'avez pas beaucoup d'argent devant vous?

Pensez au Languedoc (Corbières, 9.000 euros l'hectare, AOC Languedoc, 13.000). Ou encore, au Muscadet (11.000 euros) ou à l'Anjou (12.000). Vous pouvez même trouver votre bonheur en AOC Bordeaux (15.000 euros).

2° Vous êtes un peu plus argenté?

Pensez aux Côtes du Rhône (20.000 euros), à Chinon/Bourgueil (30.000) ou même au Pic Saint Loup (37.000 euros).

3° Vous ne regardez pas trop au prix mais plutôt au prestige?

Tournez-vous vers Moulin à Vent (70.000 euros), Tavel (80.000 euros), le Médoc (250.000), Saint Emilion (très variabel, entre 200.000 et 600.000 euros) voire Châteauneuf du Pape (390.000 euros).

4° Vous avez gagné au loto ou vous gérez un fonds de pension?

Alors allez voir du côté de la Champagne (à partir d'un petit million d'euros), de Saint Estèphe (1 million d'euros), de Pauillac (1,5 million) ou de Meursault (1,9 million).

Attention, il ne s'agit que du prix des vignes nues. Pour la cave ou le joli manoir, il faudra encore mettre la main à la poche.

Pour expliquer ces énormes variations, il y a la notoriété des vins produits, mais aussi le niveau du marché: dans certains crus, il y a si peu d'offre que les prix sont déraisonnables alors que dans d'autres, même des très belles propriétés peinent à trouver preneur...

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Bourgogne, Champagne, France, Languedoc, Sud-Ouest | Tags : vin, vignoble, prix d'achat | Lien permanent | Commentaires (10) | | | |

08 mars 2011

En Champagne, les pesticides ont la vie dure

Pour la deuxième fois en un mois, la jolie commune viticole de Damery, dans la Marne, est privée d'eau potable en raison d’une teneur trop élevée en produits phytosanitaires dans le réseau local.

«La pluviométrie abondante de ces dernières semaines entraîne une montée du niveau des nappes, ce qui a pour conséquence d’augmenter les teneurs en micro-polluants des eaux», précise l’Agence Régionale Sanitaire.

A la mairie du village, on explique que la commune, qui se situe au fond d'une vallée, récupère toutes les eaux de ruissellement du vignoble, et que même si les vignerons n’utilisaient plus de pesticides, comme ces produits ont une durée de vie de plus de 50 ans, le problème est là pour longtemps.

Selon les édiles, la solution ne réside donc pas dans un sursaut écologique, mais dans la construction d'une nouvelle station de pompage à l’abri des eaux de ruissellement.

Rappelons que la Champagne, région septentrionale et de forts rendements, détient avec l'Alsace le record national de l'utilisation des pesticides (pardon, des produits phyto).

A Damery, en attendant, on se rassure en écoutant le ministre de l'agriculture Bruno Lemaire: "Je suis le premier attaché à la biodiversité et à la protection de l'environnement mais il faut tenir compte de ce qui est possible et souhaitable par les agriculteurs. Il faut trouver le juste équilibre".

Et on boit de l'eau de bouteilles.

 

 

09:31 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne, Vins de tous pays | Tags : vin, vignoble, pesticides, phyto, champagne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |