22 avril 2011

Combien pour ce Champagne... de 200 ans?

On se rappelle de la découverte, en juillet dernier, aux îles Aaland, de bouteilles de champagne vieux de 200 ans.

Un certain flou avait régné à propos de l'origine des bouteilles, certaines attribuées à Veuve Cliquot puis à Juglar, puis aux deux.

vin,vignoble,collectionneurs

Quoi qu'il en soit, la région, propriétaire du lot, ne compte pas les garder. Elle les mettra aux enchères le 3 juin à Marienhamn. Un joli port de mer qui entend bien le rester, mais qui devrait pour l'occasion attirer le gotha de des wine-asset-managers.

On s'attend à ce que certaines des bouteilles dépassent les 100.000 euros.

Ce qui, même pour un très bon Madère, est assez inespéré...

Mon sentiment d'oenophile? C'est indécent. Mais les bornes de cette indécence ont été depuis bien longtemps dépassées, dans le monde des collectionneurs, des investisseurs et autres vendeurs de vent. Alors qu'ils enchérissent, qu'ils renchérissent, on n'en pissera pas plus droit ni plus loin...

21:10 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne, Vins de tous pays | Tags : vin, vignoble, collectionneurs | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

16 mars 2011

Un hectare de vigne, qu'est que ça coûte en France?

Peut-être faites-vous partie de ceux qui, comme mes amis Guido (Jansegers), Bernard (Sirot) ou Luc (Charlier) ont réalisé le rêve de bon nombre d'oenophiles: s'installer dans le vignoble français et y faire du vin.

Pour vous, voici quelques prix à l'hectare récoltés par Agrifrance, une filiale de BNP Paribas. Il s'agit de moyennes calculées sur des trasactions réelles, sur l'année 2009.

vin,vignoble,prix d'achatUn hectare de vigne en Languedoc (comme ici, à Limoux), cela reste abordable (Photo H. Lalau)

 

Comme l'éventail est assez large, je les ai classées en 4 catégories:

1° Vous n'avez pas beaucoup d'argent devant vous?

Pensez au Languedoc (Corbières, 9.000 euros l'hectare, AOC Languedoc, 13.000). Ou encore, au Muscadet (11.000 euros) ou à l'Anjou (12.000). Vous pouvez même trouver votre bonheur en AOC Bordeaux (15.000 euros).

2° Vous êtes un peu plus argenté?

Pensez aux Côtes du Rhône (20.000 euros), à Chinon/Bourgueil (30.000) ou même au Pic Saint Loup (37.000 euros).

3° Vous ne regardez pas trop au prix mais plutôt au prestige?

Tournez-vous vers Moulin à Vent (70.000 euros), Tavel (80.000 euros), le Médoc (250.000), Saint Emilion (très variabel, entre 200.000 et 600.000 euros) voire Châteauneuf du Pape (390.000 euros).

4° Vous avez gagné au loto ou vous gérez un fonds de pension?

Alors allez voir du côté de la Champagne (à partir d'un petit million d'euros), de Saint Estèphe (1 million d'euros), de Pauillac (1,5 million) ou de Meursault (1,9 million).

Attention, il ne s'agit que du prix des vignes nues. Pour la cave ou le joli manoir, il faudra encore mettre la main à la poche.

Pour expliquer ces énormes variations, il y a la notoriété des vins produits, mais aussi le niveau du marché: dans certains crus, il y a si peu d'offre que les prix sont déraisonnables alors que dans d'autres, même des très belles propriétés peinent à trouver preneur...

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Bourgogne, Champagne, France, Languedoc, Sud-Ouest | Tags : vin, vignoble, prix d'achat | Lien permanent | Commentaires (10) | | | |