19 février 2013

Quand Tasted fait venir Andreas Larsson en Champagne

Comme des impresarios organisent des tournées d'artistes, le magazine Tasted propose à des maisons de Champagne que le sommelier Andreas Larsson vienne déguster chez eux.

Avec l'espoir, bien sûr, que ce grand prescripteur apprécie et recommande les vins.

images.jpeg

Tout a un coût, évidemment, comme on peut le lire dans le courriel reçu par une maison de Champagne:

"VISITE OFFICIELLE en CHAMPAGNE de Mr ANDREAS LARSSON

Meilleur Sommelier au Monde le 07 Mars 2013.
 
Monsieur Andreas Larsson, se propose de visiter en Champagne en présence de Madame Sali, Journaliste, deux propriétés le 07 Mars 2013, une le matin et l'autre l'aprés-midi.
Durant cette visite Mr Larsson pourra déguster jusqu'à 10 produits, visiter la propriété et effectuer les commentaires et notes de dégustation tandis que Madame Sali interviewra le responsable de la propriété les commentaires et note de dégustation ainsi que l'interview seront repris accompagné d'un beau visuel et sur 4 Pages dans le Magazine International TASTED et le magazine chinois VINOVOGUE édition avant Salon VINEXPO de Bordeaux et imprimé à 500 000 exemplaires parution également sur le site internet TASTEDMAG.COM
 
Le coût de participation est de  10 000 euros HT possibilité de payer en 6 mensualités.
Seul les premières réponses par email seront prises en considération."

Source: Tasted (c'est le texte intégral).

Ce n'est pas tant le prix qui me choque (tout est relatif, à chacun ses moyens) que l'assurance que semble avoir Tasted, à l'avance, que M. Larsson va trouver vin à son goût, et que ses commentaires pourront forcément être utilisés dans un bel article de 4 pages.

Comment peut-on d'ailleurs encore parler d'article, pour ce qui n'est au fond qu'un publireportage?

00:58 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne, France | Lien permanent | Commentaires (51) | | | |

08 février 2013

Quatre questions qui font pschitt

Chez l'indispensable Berthomeau, on pouvait lire mardi cette citation du physicien Gérard Liger-Belair: «Le cœur du Champagne, c'est la bulle».

Voila qui fait réfléchir. Que dis-je, voila qui fait pétiller mes neurones. Me voici tout léger, et ça me donne bel air.

Une question candide, pour commencer:  il y a-t-il une différence entre les bulles du Champagne et celle des autres méthodes traditionnelles? Et notamment celles des Crémants issus de chardonnay ou de pinot noir. Et d'où viendrait-elle?

Question subsidiaire (affinons un peu): il y a-t-il plus de différences entre les bulles d'un Champagne et d'un crémant qu'entre les bulles de deux Champagnes? Le physicien a peut-être sa réponse; la mienne, celle du dégustateur, c'est "non". Le procédé de champagnisation est aujourd'hui à ce point étudié, contrôlé, maîtrisé, au moins dans les grandes maisons, qu'il devient difficile de faire la différence. Faites l'expérience: dégustez à l'aveugle un Crémant de Bourgogne et un Champagne et parlez moi de leurs bulles...

D'ailleurs, qu'est-ce qui peut influencer la qualité finale? Les sols? La Bourgogne possède aussi de beaux calcaires. Le climat? Entre les Riceys et Chablis, c'est blanc bonnet et gelées blanches. La maturité des raisins, alors?

Là, on aborde un autre problème. Le prix plus élevé du raisin incite-t-il à récolter plus tôt ou plus tard en Champagne que dans les autres régions de bulles? Les deux positions se défendent. Si l'on sait qu'on va pouvoir vendre plus cher le raisin, on peut attendre une meilleure maturité, quitte à perdre un peu de volume. Mais a contrario, d'aucuns, en Champagne, peuvent se dire qu'au prix où se vend le kilo, il n'est pas question d'en laisser perdre...

Dans la réalité, cependant, bon nombre de Champenois ont tendance à récolter plus tôt - et ne me dites pas que c'est dû à l'ensoleillement!

Question idiote, enfin: si la bulle est le coeur du Champagne, quelle en est la tripe? Quel en est le corps?

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace, Bourgogne, Champagne | Tags : champagne, bulle, crémant | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |