19 mai 2016

Dis-moi, miroir, qui est la plus festive des bulles?

"Le Champagne est le vin le plus festif et convivial au monde, roi des célébrations". 

Ainsi commence le sympathique communiqué que j'ai reçu cet après-midi pour appuyer la Fête du Champagne, à Reims.

Ce n'est pas pour être contrariant, mais je m'inscris en faux.

Depuis 15 ans, hors frontières, et notamment en Belgique, le Champagne a cessé d'être un vin convivial et festif.

Parce qu'il est devenu trop cher. Et si le segment des bulles a explosé, au cours des deux dernières décennies, ce n'est pas grâce au Champagne, mais à des alternatives plus abordables, le Cava, le Prosecco, et dans une moindre mesure, les bulles de marque, type Café de Paris, Martini et Kriter, ou les Crémants. Ce sont eux qui ont permis de sortir la consommation d'effervescents du ghetto des fêtes de fin d'année, des soirées snob ou des signatures de gros contrats, pour la faire entrer dans l'ère moderne et dans la vie des familles, des consommateurs lambda.

Ca n'enlève rien, bien sûr, à la qualité du Champagne, ou plutôt des Champagnes, car il en est de toutes sortes, des bons, des moins bons, de petits, des grands, des produits de volume ou des produits de terroir; mais je pense que cela méritait d'être dit.

16:57 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

12 mai 2016

Irancy Richoux Veaupessiot 2008

Irancy est une de ces petites appellations bourguignonnes un peu excentrées qui gagnent à être connues.

Sa position septentrionale (nous sommes à peine un peu plus bas que Chablis) ne l'empêche pas de produire d'excellents rouge de pinots noirs; et si son passage en AOP ne date que d'une dizaine d'années, on fait du vin ici (de même qu'à Saint Bris) depuis des temps immémoriaux: ce qu'on appelait les Vins d'Auxerre s'exportaient jusqu'en Grande Bretagne dès le Moyen-Age.

Le département de l'Yonne, que la rivière éponyme relie à Paris via la Seine, était d'ailleurs couvert de vignes jusqu'à la fin du 19ème siècle. Il aura fallu la concurrence du Midi, rendu plus accessible par le train, et le phylloxéra, pour réduire ce vignoble à ce qu'il est aujourd'hui, c'est à dire, l'ombre de lui-même (160 ha, pour 6600hl de production). Sauf peut-être en termes qualitatifs, comme on va le voir... 

IMG_9205.jpg

Quelques mots sur le domaine: Thierry Richoux est issu d'une vieille famille de vignerons d'Irancy. L'exploitation (23ha) est conduite en bio. Veaupessiot, le nom de cette cuvée, est un peu le grand cru historique d'Irancy (où il n'y a pas de crus officiels, juste des lieux dits). Richoux (qui travaille aujourd'hui avec ses enfant)  élève cette cuvée un an et demi en foudre.

2008 a été une année plutôt fraîche, et cela ce sent dans ce vin tout en vivacité; et pourtant, le nez de fruit noir et rouge n'a rien d'immature, quant à la bouche, au delà de sa nervosité, elle surprend par une note d'encre et de graphite; le bois est très discret et cette cuvée paraît étonnamment jeune pour ses 7 ans. Le mot "buvabilité" (qui fait toujours débat chez les puristes) semble avoir été inventé par ce vin. 

Contact: irancy.richoux@orange.fr

11:15 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, Champagne, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |