28 mai 2009

Aux Sélections de Québec

Me voici à pied d'oeuvre aux Sélections Mondiales de Québec. C'est l'occasion pour moi de vous faire partager cettre expérience de l'intérieur.

Les Sélections, c'est un concours à taille humaine: une soixantaine de dégustateurs y sont appelés à départager quelque 1.800 vins. Reflet d'un marché canadien très ouvert, la diversité est la règle: les vins sont issus de pas moins de 31 pays, y compris la Géorgie, la Polynésie française et la Macédoine, pour ne citer que les plus originaux

Mon jury est présidé par une oenologue argentine que j'ai déjà eu l'occasion de croiser sur d'autres concours, Cristina Pandolfi. Deux autres vieilles connaissances y siègent aussi: le Français Hervé Durand (Clos des Tourelles, en Costières de Nîmes, et domaine de L'Orpailleur, au Québec), ainsi que le journaliste italien Emanuele Pellucci, mon collègue de la FIJEV.

Un Franco-Canadien (Pierre Cazalis) et un Espagnol (Prieto Bequer Castro) complètent le sextuet. Une formation apparemment hétéroclite, mais pourtant très soudée; dans le jazz, on dirait que nous sommes "bien ensemble"

Il faut dire que les vins servis ce matin ne portaient pas aux grandes improvisations ni à la dissonance; nous n'avons pour l'instant donné que 4 petites médailles d'argent...

Un vin seulement a divisé le jury, à savoir un rouge sur le fruit, auquel Durand et moi voulions donner une Médaille d'Or, mais qui n' apas eu l'heur de plaire à nos compagnons .

C'est l'éternel débat entre vins de plaisir et vins d'ambition= celui n'était que fruit, il n'avait sans doute pas la complexité d'une grande origine, mais Dieu qu'il était séduisant.

Pas de quoi se battre, cependant, c'est la loi des jurys que de devoir s'incliner devant la majorité.

Cela peut être frustrant, parfois, mais aujourd'hui, ce n'est pas le cas...

Suite de nos performances dans deux heures.

 

Seélections

 

 

12:16 Écrit par Hervé Lalau dans Canada | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

03 avril 2009

"Maudit Québécois"!

Voici un entrefilet sur les Primeurs à Bordeaux grappillé sur le blog de Mathieu Turbide, un confrère québecois qui n'a pas sa langue dans sa poche. Quand on sait la violente amour que nos cousins de la Belle Province portent aux vins français, et notamment à leurs grands crus, quand on sait aussi que le marché canadien est un des rares à connaître une belle progression ces dernières années, on se dit qu'il faut vraiment que Bordeaux s'assagisse... Pas pour les collectionneurs - pour les consommateurs.

La SAQ veut des bordeaux moins chers

Pendant que je suis en Italie, plusieurs chroniqueurs et acheteurs de vins se trouvent actuellement à Bordeaux, où se tient actuellement la Semaine des primeurs. C'est à ce moment que les acheteurs goûtent au millésime qui est en train de naitre dans le chais des domaines viticoles de Bordeaux.
Parmi eux, l'un des acheteurs de la SAQ (ndlr: le monopole provincial des alcools du Québec), Denis Marsan, qui est le grand responsable des achats de vins haut de gamme à la SAQ.
Dans cette entrevue au journal le Sud-Ouest, publiée ce matin, M. Marsan explique clairement que la SAQ veut acheter les bordeaux 2008 moins cher. Il rappelle que les 2007 se vendaient 15% moins cher quelques mois après les ventes en primeur. Et que plusieurs acheteurs sont actuellement à Bordeaux non pas pour acheter des bordeaux 2008 mais pour VENDRE à rabais des 2007 achetés trop cher l'an dernier. >
Comme Denis est en train de "magasiner" en notre nom, on lui dit bravo et on lui souhaite de réussir. Peut-être que des prix plus décents amèneront des milliers de consommateurs québécois, déçus par les hausses des dernières années, à redécouvrir le bordeaux".

Mathieu Turbide


Je vous redonne l'adresse du blog de Mathieu: http://mechantraisin.canoe.com/

 

Le commentaire d'un oenophile québécois posté en réaction à cet article vaut aussi son pesant de sirop d'érable:

"Il y a déjà plusieurs années que je boycotte les vins français. Ils sont surévalués et il est temps qu'ils réajustent leur prix au niveau de la concurrence internationale.
Les seuls moments où je déguste des vins français, c'est quand je suis en France chez des amis..."

 

A bon entonneur, salut!

18:26 Écrit par Hervé Lalau dans Canada | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |