10 février 2009

Passage de témoin chez Prieur

Edouard Labruyère, fils de Jean-Pierre, prend la direction du pôle viticole du Groupe Labruyère, qui comprend noramment le Domaine Jacques Prieur, à Meursault - 21 hectares de vignes en Montrachet, Chambertin, Meursault, Corton, Echézeaux, Musigny - 22 des appellations bourguignonnes en tout.

 

Prieur

«On ne peut totalement posséder un domaine viticole. On ne reste qu'un témoin amené à le transmettre aux générations suivantes», explique Edouard Labruyère.



En 2006, la famille a pris 70% du domaine, les Prieur conservant le reste. Au côté d'Edouard Labruyère, directeur général, Martin Prieur reste directeur administratif et commercial. La directrice technique de la vigne et de la cave, elle, n'est autre que Nadine Gublin, qui, ayant quitté Brocard, va désormais consacrer l’essentiel de son temps au domaine Jacques Prieur et au Clos du Moulin à Vent, le domaine de la famille Labruyère en Beaujolais.

Côté outil de production, notons que les travaux du nouveau cuvier ont commencé. Il devra être prêt pour la vendange 2009. Chaque parcelle sera alors vinifiée séparément. Le domaine en compte 22, il y aura donc :
- Quinze foudres pour les quinze parcelles de rouge
parmi lesquelles Meursault Clos de Mazeray (Monopole), Volnay Clos des Santenots
(Monopole), Volnay Champans, Beaune Champs-Pimont, Beaune Clos de la Féguine
(Monopole), Corton Bressandes, Echézeaux, Clos de Vougeot, Musigny, Chambertin Clos de
Bèze, Chambertin
- Sept cuves inox pour les parcelles de blanc
Parmi lesquelles Chevalier Montrachet, Montrachet, Puligny Montrachet, Puligny Montrachet
Les Combettes, Meursault Perrières, Meursault Clos de Mazeray (Monopole), Meursault
Santenots, Beaune Clos de la Féguine (Monopole), Beaune Champs-Pimont, Corton
Charlemagne.
Pour compléter cet investissement, une nouvelle ligne d’embouteillage va être mise en place.
Cette ligne sera en avance sur les prochaines normes européennes et sa technologie permettra d’éviter toutes les bactéries.

Plus d'info: bernadette@bvizioz.com

14:02 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

28 janvier 2009

Grand Guignol

Au procès de Villefranche sur Saône (voir mon post de lundi), les accusés ont admis avoir dépassé les normes légales de chaptalisation (2 degrés d'alcool maximum, en France), mais prétendent avoir respecté les "pratiques généralement admises dans le secteur".

Voila qui laisse la porte ouverte à bien des interprétations.

Est-ce à dire que la loi est généralement bafouée dans les zones viticoles? Donnez-nous d'autres exemples, s'il vous plaît, car nous tombons des nues...

Ou bien il y a-t-il deux systèmes de loi? Celle du Peuple français, publiée au Journal Officiel, et celle du Beaujolais, plus confidentielle?

Au risque de nous répéter, comment se fait-il qu'aucune déclaration de chaptalisation n'ait été déposée, et ce sur les années 2004, 2005 et 2006? Ca aussi, cela fait partie des "pratiques généralement admises"?

On n'est pas loin de Lyon, alors c'est sans doute pour ça que ce procès tourne au grand guignol...

 

guignol1

 

07:14 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne | Tags : fraude, vin | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |