17 novembre 2009

149ème vente des Hospices de Beaune

Je rentre de la vente des vins des Hospices de Beaune, 149ème du nom.

Les Hospices sont une belle opération d'image, mais aussi l'occasion de belles agapes et d'une grande fête bourguignonne - Beaune prend alors des airs méridionaux, ce qui ne iui arrive pas souvent. Pour nous, journalistes vineux, c'est aussi le moyen de "taster" le nouveau millésime, de s'en faire une première idée au-delà des communiqués de victoire des instances professionnelles. Avec ce bémol, bien sûr, que les vins n'ont pas tous fait la malo, et que les plus flatteurs à ce stade ne le resteront sans doute pas. Mais en résumé, mes amis d'IVV et moi avons été séduits par les rouges de 2009; qui ne manquent ni de fond, ni de sève, ni d'acidité. En blanc, il est beaucoup plus délicat de se prononcer.

Hospices

38.000 à ma droite...

 

Passons sur la présence des "pipoles", acteurs, chanteurs ou têtes couronnées en service commandé ou représentation. Quant au résultat des ventes (+20,5%), en ces temps de crise, et avaec tout le respect que l'on doit au prometteur millésime 2009 (surtout en rouge), cette progression n'est pas en phase avec le marché. Les négociants pestent d'ailleurs contre la hausse artificielle des enchères causée par les achats par internet et par téléphone. Christies fait très bien (trop bien) son boulot...


Pour cette 149ème édition, 799 pièces ont été mises aux enchères, dont 654 pièces de rouge et 145 pièces de blanc.

A titre personnel, ce déplacement m'a permis de renouer avec quelques contacts à Vosne, à Beaune et à Chablis, prétextes à de belles dégustations dont je vous entretiendrai au fil de prochains posts. Vive la Bourgogne... quand même!

 

06:54 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne | Tags : bourgogne, vin, charite, people | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

11 septembre 2009

Vous avez dit "entrées de gamme"?

On s'extasie souvent sur les grands crus (de Bourgogne ou d'ailleurs); plus rarement sur les entrées de gamme. Il est pourtant souvent plus difficile de faire des hectos de vin aimable que quelques fûts de vin de prestige...

De passage chez Patriarche, à Beaune, Marc Vanhellemont et moi en avons dégusté quatre. Voici mes notes.

Pinot Noir

 

Bourgogne Pinot Noir Réserve 2007

Assemblage de raisins de la Côte de Beaune et de la zone de Mercurey, principalement; la moitié de l’assemblage passe en fût. Mise récente.

Belle couleur, nez framboise, épicé, pure, souple, rond, noyau tannins adoucis par le bois, ardoise mouillée. Vin facile sur le fruit***.  Entre 5 et 6 euros


Hautes Côtes de Beaune  Hospices de Dijon, Chenovre Ermitage 2006

Domaine de 18 ha, dont 3 de pinot noir, situé entre Pernand et Savigny, en altitude, 100% de fût, mais pas neuf

Epices, réglisse, petites notes animales, puis repart sur l’acidité, bonne finale fraiche et franche, du nerf, un certaine austérité, grand vin de repas**(*).

Côtes de Beaune Villages 2006

Assemblage Chorey/Santenay

Très joli nez fruit acidulé, type "La Pie qui chante"; un petit creux en bouche ; bien élevé, cependant ; finit sur l’amertume*(*). J'ai beaucoup plus apprcéié ce vin lors d'une seconde dégustation, où il m'a paru à la fois plus ouvert et plus carré.


Côtes de Nuits Villages 2006

jolie couleur, souple en bouche, du fruit rouge écrasé revient en bouche, une trame acide malgré tout, beau compromis plaisir et identité, le bon travail du négociant**.

 

En résumé, pour trois des quatre au moins, un bon rapport plaisir-prix.

06:00 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |