11 septembre 2009

Vous avez dit "entrées de gamme"?

On s'extasie souvent sur les grands crus (de Bourgogne ou d'ailleurs); plus rarement sur les entrées de gamme. Il est pourtant souvent plus difficile de faire des hectos de vin aimable que quelques fûts de vin de prestige...

De passage chez Patriarche, à Beaune, Marc Vanhellemont et moi en avons dégusté quatre. Voici mes notes.

Pinot Noir

 

Bourgogne Pinot Noir Réserve 2007

Assemblage de raisins de la Côte de Beaune et de la zone de Mercurey, principalement; la moitié de l’assemblage passe en fût. Mise récente.

Belle couleur, nez framboise, épicé, pure, souple, rond, noyau tannins adoucis par le bois, ardoise mouillée. Vin facile sur le fruit***.  Entre 5 et 6 euros


Hautes Côtes de Beaune  Hospices de Dijon, Chenovre Ermitage 2006

Domaine de 18 ha, dont 3 de pinot noir, situé entre Pernand et Savigny, en altitude, 100% de fût, mais pas neuf

Epices, réglisse, petites notes animales, puis repart sur l’acidité, bonne finale fraiche et franche, du nerf, un certaine austérité, grand vin de repas**(*).

Côtes de Beaune Villages 2006

Assemblage Chorey/Santenay

Très joli nez fruit acidulé, type "La Pie qui chante"; un petit creux en bouche ; bien élevé, cependant ; finit sur l’amertume*(*). J'ai beaucoup plus apprcéié ce vin lors d'une seconde dégustation, où il m'a paru à la fois plus ouvert et plus carré.


Côtes de Nuits Villages 2006

jolie couleur, souple en bouche, du fruit rouge écrasé revient en bouche, une trame acide malgré tout, beau compromis plaisir et identité, le bon travail du négociant**.

 

En résumé, pour trois des quatre au moins, un bon rapport plaisir-prix.

06:00 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

08 septembre 2009

Et en Bourgogne...

De retour ce midi de Meursault, où les vendanges ont commencé hier, je peux vous annoncer des raisins très sains et de beaux degrés.

Comme l'an dernier, j'étais invité au Château de Meursault pour la récolte. Et cette année, grâce à un temps plus clément, j'ai pu jouer les vendangeurs, au côté de l'ami Marc  Vanhellemont (nous tenions chacun une anse du panier). Entre deux coups de sécateur, je n'ai pu résister à l'envie de croquer quelques raisins. Croquer est le mot, car le chardonnay a la peau dure. Mais côté sucres, c'était impeccable. Les baies, avaient aussi un bien meilleur aspect qu'en 2008. Peu de pourriture, des grappes relativement abondantes et bien formées, la totale...

Après l'effort, le réconfort, le déjeuner champêtree organisé sous les arbres du parc valait le déplacement. Les vins aussi, mais je vous les commenterai une autre fois...

 

En attendant, merci à Laurent, Julien, Vincent et les autres (ils se reconnaîtront) pour leur accueil et leur agréable compagnie.

Vendange


Mon petit panier...

15:28 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |