22 mars 2016

Rijckaert Pouilly Fuissé Les Bouthières Vieilles Vignes 2014

Je n'ai pas pu résister à l'idée d'ouvrir cette bouteille reçue d'une amie ce week-end - c'est que je recevais à la maison, et je faisais une expérience: assortir des fromages (italiens, en l'occurrence) à des vins; pour la facilité de la démonstration, j'avais réduit le choix à deux: un rouge (un Brunello) et un blanc: ce Pouilly-Fuissé.

A l'arrivée, il n'y a pas eu photo: c'est le blanc qui s'en tire le mieux; sa vivacité, son gras, son petit côté miel, ses notes d'agrumes et de pâte d'amande ont fait merveille, aussi bien sur le fromage doux (un provolone) que les fromages corsés (Pecorino et Gorgonzola).

Un de mes hôtes, qui s'intéresse au vin, m'a demandé quel était le rapport entre Pouilly-Fumé et Pouilly-Fuissé. J'ai expliqué. C'est vrai qu'il y a de quoi rendre perplexe le néophyte.

Quoi qu'il en soit, on se trouve face à un Chardonnay du Mâconnais; et pas le moins bon: Rijckaert est une maison sérieuse; Jean et Régine Rijckaert se sont installés à Leynes en 1988, et ont mené de conserve une activité de négoce et deux domaines - 4ha en Mâconnais, 5,5ha près d'Arbois. 

IMG_8802.jpg

Depuis 2013, c'est Florent Rouve qui vinifie avec Jean - toujours en fûts de chêne, c'est une tradition chez Rijckaert. Ce bois est très bien dosé - dans cette cuvée, il ne domine pas, il se fond idéalement dans le vin, apportant une souplesse, une texture, mais sans rien retrancher aux arômes floraux et fruités d'un vin à la fois solaire et subtil.

Plus d'info: Rijckaert

08:53 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

21 mars 2016

Nouvelle segmentation des Crémants de Bourgogne

Ce samedi, à Dijon, a été annoncée la mise en place de deux nouvelles mentions qualitatives applicables au Crémant de Bourgogne: Éminent et Grand Éminent.

La première mention concernera les Crémants ayant subi un élevage d'au moins 24 mois sur lattes; la seconde, un élevage de 36 mois, avec en outre, des conditions plus restrictives en matière d'encépagement (seuls le Chardonnay et le Pinot Noir pourront être mis en oeuvre pour les Crémants Grand Eminent), de tirage et de degré d'alcool potentiel.

Cette annonce coïncidait avec l'organisation par l'Union des Producteurs et Elaborateurs de Crémant de Bourgogne d'une dégustation originale, avec le concours de l'école Agro Sup de Dijon, à laquelle participaient aussi bien des consommateurs que des experts, et qui visait à mieux cerner la perception des Crémants de Bourgogne, tant en termes organoleptiques qu'en termes de présentation.

Ayant participé à cette dégustation, je peux confirmer qu'il existe bel et bien une rationalité, un socle, une réalité pour la mise en place d'une segmentation des Crémants de Bourgogne, notamment en fonction de l'autolyse.

Le délégué général de l'Union des Producteurs et Elaborateurs de Crémant de Bourgogne, Pierre du Couëdic, a tenu a rappeler que "Si le Crémant de Bourgogne est une jeune appellation (AOC depuis 1975), la Bourgogne a plus de 200 ans d'expérience dans les bulles. Les Crémants représentent aujourd'hui 10% de la production régionale de vin, et se classent en 3ème position des AOC de Bourgogne."

 

 

10:59 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |