28 décembre 2011

Philippe Le Hardi est au Crédit Agricole

Le vin n'est pas toujours un bon investissement, à en croire les producteurs eux-mêmes, mais aussi les internautes attendant d'être livrés de leurs commandes de grands vins; ça n'empêche pas certaines banques de s'acheter des domaines, comme le Crédit Agricole, qui, via sa filiale CA Grands Crus, vient de faire l'acquisition du Château de Santenay (alias Château Philippe le Hardi) et ses 90 hectares; des parcelles situées dans différentes appellations bourguignonnes, de Saint Aubin à Mercurey en passant par Santenay, Beaune, Hautes Côtes de Beaune, Pommard et Aloxe Corton; sans oublier un cinquième d'hectare en Clos de Vougeot.

20:42 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne | Tags : bourgogne, vin, vignoble, crédit agricole | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

23 décembre 2011

J'aime la Bourgogne... quand même

Qui aime bien châtie bien, la semaine dernière, je vous disais à quel point je trouvais vide et peu pertinente la nouvelle annonce pour les Crémants de Bourgogne (vous savez, "Nés en Bourgogne, reconnus à New-York") .

Mais voici que que je tombe sur la campagne des Petites Parcelles, relative aux climats de Bourgogne, et déclinée en blanc comme en rouge.

Et là, je retrouve le sourire.

Les Vins de Bourgogne - Petites parcelles et grande renommées.jpg

Petites parcelles, grande renommée

D'abord, c'est beaucoup moins vide - il y a un peu de texte, pas seulement un slogan, on explique. On met en avant les Climats, au sens bourguignon, c'est de bonne guerre au moment où la région souhaite les voir classer au Patrimoine de l'Unesco.

Les puristes trouveront peut-être dommage qu'on se limite au pinot et au chardonnay, qu'on ne parle pas des cépages secondaires, l'aligoté  en blanc, le gamay en rouge (je vous fais grâce du sauvignon et du césar), mais bon, pour la simplicité du message, c'est sans doute mieux, et une bonne communication se doît d'être simple.

D'autres trouveront un peu abusif de présenter toute la Bourgogne comme une mosaïque de bons climats, alors que comme ailleurs, on y trouve aussi des sols médiocres et des vins indigents (ou l'inverse).

Mais par piété filiale - mes parents étaient des amoureux de la Bourgogne - je m'interdis de glisser sur une pente aussi savonneuse et me contenterai donc de célébrer avec cette jolie campagne les bons terroirs (au pluriel) qui sont au pied du verre.

Joli montage, au fait, même les anti-vins n'y trouveront rien à redire.

13:10 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |