04 mai 2012

Concassage à Gevrey-Chambertin: l'ODG avait bel et bien pris position

Je suis confus. La lettre ouverte publiée ici hier était sans objet. En effet, l'ODG de Gevrey-Chambertin avait déjà pris position sur la question du concassage, comme le prouve le billet publié par mon confrère Laurent Gotti le 20  octobre et complété le 23 novembre dernier.

http://hospices-beaune-lelivre.over-blog.com/article-terr...

Je ne le savais pas. Je n'avais jamais vu ce communiqué. Le voici:

Communiqué de presse de l'Organisme de Gestion de l'appellation Gevrey-Chambertin

D’importants travaux de terrassement ont été entrepris au lieu dit Bel Air à Gevrey Chambertin  par le domaine de la Vougeraie.

L’ODG de Gevrey-Chambertin conformément à ses statuts, a jugé, que ces travaux étaient de nature à modifier substantiellement la morphologie, du sous-sol, de la couche arable et des éléments permettant de garantir l’intégrité et la pérennité des sols de cette parcelle en appellation d’origine contrôlée.

L’ODG interdit formellement le broyage, et a fait stopper ces travaux en urgence le 8 Octobre par courrier recommandé.

L’ODG  de Gevrey Chambertin, par la voix de son bureau, a exigé à l’unanimité,  la remise en état du terrain, sous peine  de la perte de l’appellation. C'est-à-dire retrait et évacuation de la partie de roche broyée, remise en place  de la  terre d’origine  sur la roche mère, avant la replantation.

Le domaine de la Vougeraie a donné son accord  pour la remise en état du site, et a commencé les travaux de réparation.
                                                           
Jean Michel Guillon, président de l’ODG Gevrey-Chambertin.

Dont acte. Il ne me reste plus qu'à faire amende honorable et à me féliciter de cette réaction.

 


06:17 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

La Bourgogne et le développement durable

D'octobre 2011 à mars 2012, le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne a effectué un diagnostic sur le développement durable dans la filière viticole.

Certains points ont été jugés encourageants, comme la baisse du nombre de traitements sanitaires (hors herbicides), ou la hausse du taux de traitement des effluents.

Dans un second temps, un colloque a été organisé, qui a permis de dégager certaines thématiques à traiter en priorité, parmi lesquelles on note la qualité des sols et l'économie de l'environnement.

Le BIVB entend à présent aller plus loin et soumettre au vote un plan d’actions concrètes lors de sa prochaine Assemblée Générale, le 4 juillet.
 
 

00:03 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |