08 juillet 2013

Le Saint Véran de Michel Chavet

Sixième génération de Chavet sur le domaine, Christelle et Christophe Chavet exploitent 10 hectares en appellation Saint-Véran, sur la commune de Davayé (non loin du fameux lycée agricole, pépinière de bien des talents dans cette région du Sud-Bourgogne).
Les sols sont argilo-calcaires, émaillés de cailloux orangés de type «pierre à fusil». En règle générale, les vins du cru sont ont à la fois le gras des climats déjà presque solaire, et la fraîcheur issu d’une minéralité de bon aloi.

Vous aimez le fruit? Vous aimez le rapport qualité-plaisir/prix? Le potentiel de garde? Pensez au Mâconnais...

saint véran,mâconnais,bourgogne,vin,chavet

La Roche de Solutré

Michel Chavet & Fils Saint-Véran 2007
Vert tendre d’une profondeur luminescente, il respire la fraîcheur, la rosée du matin, celle qui accroche ses gouttelettes aux fleurs de sureau et d’aneth. Fougère, aiguilles de pin et mousse complètent le tableau bucolique. Vif en bouche, équilibré d’un gras de bon aloi, il coule sur les papilles, les aguiche de sa tension citronnée, s’assagit un peu pour proposer pâtes de noisette et d’amande. 
Charmeur, il correspond bien à ce qu’on attend des beaux blancs de Bourgogne Sud. Plus élégant que pointu, son gras plaît autant que l’ampleur de sa structure, deux facteurs qui lui donnent du volume, une bouche en rondeur, sans négliger la fraîcheur.

Chardonnay 100% (8000 pieds à l’hectare), vinification en cuve inox, élevage idem 6 mois sur ses lies fines.
Toutes les cuves font la malo. 13° d’alcool.

saint véran,mâconnais,bourgogne,vin,chavet

 

Avec l'aimable concours de Marc Vanhellemont

11:07 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, France | Tags : saint véran, mâconnais, bourgogne, vin, chavet | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

26 juin 2013

Bourgogne Gamay, plus vendeur que Beaujolais Villages?

C'est Vitisphère qui l'annonce: "Mommessin présentait sur Vinexpo sa toute nouvelle cuvée Grand Granite, une version haut de gamme de l’appellation Bourgogne Gamay. «L’idée est de mettre en avant les grands terroirs de granit que l’on trouve dans les crus du Beaujolais», explique François Jaubert, directeur technique de la société. Cette cuvée est issue de vignes de Gamay de trois crus du Beaujolais: Moulin-à-Vent, Morgon, Brouilly, terroirs qui donnent «les vins les plus capiteux de la région».

Mais pourquoi ne pas vendre cette cuvée sous le nom de Beaujolais Villages?

IMG_2370.jpg

Pas en Bourgogne, non - à Pouilly le Monial, en Beaujolais... (photo H. Lalau)

Comment Bourgogne Gamay, appellation régionale et peu usitée peut-elle être plus valorisante que Beaujolais ou Beaujolais Villages, surtout pour une cuvée prétendument "haut de gamme" et connotée terroir?

Et surtout si l'on parle de mettre en avant les granites du Beaujolais!

Déjà, j'ai du mal à comprendre la réflexion qui soustend la mise en place des Coteaux Bourguignons (pour moi, à peine une IGP, vu la variété des sols et des micro-climats).

Mais un Bourgogne Générique Haut de Gamme produit sur les meilleurs terroirs du Nord Beaujolais, là, je voudrais vraiment qu'on m'explique la démarche. Est-ce que c'est juste de l'opportunisme marketing? Ou j'ai loupé un épisode?

Granites ou terres dorées, vive les terroirs du Beaujolais - quand même!

03:25 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, Bourgogne, France | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |