05 août 2014

Petit Chablis et grand plaisir

Il paraît que le Petit Chablis à un petit problème d'image. Pas pour moi - ce qui est petit est gentil!

Quoi qu'il en soit, La Chablisienne a joliment contourné le problème, avec cette cuvée "Pas si petit". Comme quoi certaines coopératives ont oublié d'être bêtes.

chablis, petit chablis, bourgogne, la chablisienne

Pas mal du tout, pour un petit vin de coopérative... (Photo (c) H. Lalau 2014)

 

Mais qu'il y a t-il derrière ce joli nom? 

Pour ceux qui pensent cépage, du Chardonnay, bien sûr.

Pour ceux qui pensent géologie, du calcaire du Portlandien.

Pour ceux qui pensent topographie, plusieurs villages des plateaux entourant Chablis, avec des expositions assez variées.

Et pour moi, qui met mon nez dans le verre: des fleurs blanches, du citron, de la poire, du miel, de l'ananas bien mûr; En bouche, c'est plutôt riche - c'est peut-être là qu'apparaît la vraie limite avec Chablis - ou plutôt, les premiers et grands crus du Chablis. Ce vin est moins tranchant, mais ce qu'il perd en "minéralité" (mais n'est-ce pas plutôt une acidité naturelle, celle qui donne du relief, et il y en a, pourtant, dans ce vin), il le gagne en gourmandise. J'aime aussi la finale, légèrement amère, zeste de citron; et pourtant riche - la marque de l'élevage sur lie, sans doute.

Autre différence: le Pas si Petit est prêt à boire. Or c'est un 2012. Les grands Chablis, eux, demandent plus de temps pour que leur acidité se fonde. 

Enfin, il y a le prix, plutôt... petit pour un Chablis (environ 10 euros, selon votre revendeur). 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, France | Tags : chablis, petit chablis, bourgogne, v | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

31 juillet 2014

Palmarès des ventes de vins AOP en grandes surfaces françaises

Qui l'eut crû: bien qu'en baisse, les vins AOP représentent  toujours plus de la moitié des volume de ventes de vin en grandes surfaces en France, selon le panel IRI. Très exactement 50,9% (vins tranquilles uniquement).

IRI fournit aussi un classement par région des AOP, où l'on note surtout la chute de la Provence, de la Bourgogne et du Beaujolais; les seules régions qui progressent franchement sont le Languedoc-Roussillon et le Sud-Ouest.

Bordeaux : 14,4% (-3,6% sur un an)

Rhône : 9,4% (+1,9%)

Loire : 7,2% (-1,9%)

Provence et Corse : 4,9% (-7,7%)

Aquitaine et Sud-Ouest : 4,9% (+4,4%)

Languedoc-Roussillon : 4% (+6%)

Bourgogne : 2,2% (-6,3%)

Alsace : 2,2% (+0,8%)

Beaujolais : 1,2% (-9,1%)

Autres régions AOP : 0,6% (-2,3%)

 

Source: Iri/InterOc, avril 2014