02 novembre 2014

Mort d'Hubert de Montille

Le vigneron bourguignon Hubert de Montille avait été une des vedettes du film Mondovino. Son visage figurait même sur les affiches.

Il vient de mourir à l'âge de 84, "un verre de Pommard 1999 à la main", disent ses amis.

mondovinoBig.jpg

Arrivé dans l'entreprise familiale dès 1947, il avait été un des premiers à tout embouteiller au domaine.

Et un des plus fervents défenseurs de la notion de terroir - il faut dire qu'il était avocat de formation.

A ce titre, il avait d'ailleurs défendu Bernard Laroche, dans l'affaire Grégory. Et la famille Faiveley contre Robert Parker.

Ses enfants Alix et Etienne ont repris les rênes du domaine depuis 2006. 

22:07 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, France | Tags : montille, mondovino, nossiter | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

21 septembre 2014

Eric, Andy, si vous me lisez...

Comme je reviens de Limoux, je suis allé faire un petit store check du rayon bulles dans la GD belge, pour me rendre compte de la place de cette vénérable appellation (et de sa petite soeur le Crémant de Limoux). Et là, j'hallucine, chez Carrefour Market, les deux sont aux abonnés absents.

Plus globalement, la portion dévolue aux vins mousseux français - Champagne, Crémants ou autres - est de plus en plus congrue.intro_ferriol104112.jpg

N°1 en facings au rayon bulles chez Carrefour

Que reste-t-il, outre les Champagnes, qui concourent dans une autre catégorie de prix?

Deux Crémants d'Alsace, un Crémant de Bordeaux, un Saumur, un Crémant de Loire, un Crémant de Bourgogne, une Clairette de Die, un Pétillant. Je n'ai vu ni Crémant de Limoux, ni Crémant du Jura (ils sont pourtant si bons!). 

A noter que ces bulles françaises ne bénéficient pas d'une grande exposition (deux à quatre facings au maximum), pendant que certains Cavas et Proseccos, eux, en ont jusqu'à 7. 

Et oui, ce sont ces deux produits qui taillent des croupières aux mousseux Made in France. Et dire qu'il y a encore dix ans, l'Hexagone régnait en maître sur cette catégorie!

Le plus étonnant, sans doute, c'est de constater qu'un mousseux australien de Yellow Tail a autant de visibilité en Belgique qu'une bonne vieille marque comme Ackerman.

J'ai quand même un peu de mal à comprendre la logique d'implantation - on ne peut même pas dire sur ce sont les grandes marques qui sont avantagées: le record du plus grand nombre de facings est détenu par Ferriol (Covides), un Cava dont vous n'avez sans doute jamais entendu parler. 

Tiens, j'ai vu que mes copain Eric Boschman et Andy de Brouwer ont été choisis par Carrefour pour incarner sa foire aux vins 2014. "Hypersommeliers", qu'ils sont, à présent.

Eric, Andy, si vous lisez, pouvez-vous leur demander comment ça marche, l'implantation du rayon hyper-bulles?

10628025_266026960188447_4139679790035674024_n.png

Publicité gratuite - ce sont deux copains!