04 octobre 2016

Vignobles et Signatures 2016: mes coups de coeur

Le Club Vignobles et Signatures organisait la semaine derrière un de ces «road tastings» dont il a le secret.

L’occasion de découvrir les nouveaux millésimes de ces 16 structures familiales représentant la plupart des vignobles majeurs en France.

12_1.jpg

 

J'ai pu y confirmer la bonne opinion formée l’an dernier à propos de quelques uns de ses membres en particulier: Drappier (Champagne), Blanck (Alsace), Couly-Dutheil (Chinon), Saint André de Figuière (Provence), Tracy (Pouilly sur Loire), Jaume (Rhône), Cauhapé (Jurançon), Laubade/Peyros (Armagnac, Madiran); Janoueix/Haut Castelot (Bordeaux), Rolet (Jura) et Guilbaud (Muscadet); auxquels j’ajouterai cette année Piron (Beaujolais), Groult (Calvados), et Durup (Chablis).

Mes 5 coups de cœur :

-Le Patergarten Pinot Gris 2013 de Blanck, à la fois séduisant (eau de rose, camomille, gras mais sans aucune mollesse, et à la sucrosité contenue (le Schlossberg Riesling 2012 est également très réussi, dans un style très pur).

-Le Châteauneuf du Pape 2013 Grand Veneur d'Alain Jaume, qui combine puissance, structure, vivacité et des tannins juteux.

-La cuvée Haute densité 2013 du Château de Tracy; peut-être le plus beau millésime de dette cuvée d’exception, à la fois aérien, vif, tranchant et complexe en bouche (dans un style plus simple, le Pouilly Fumé 2015 est une vraie gourmandise).

-Le Beaujolais blanc de Dominique Piron, qui écrasait la concurrence bourguignonne de sa jovialité et de ses arômes de violette.

-La Cuvée Confidentielle de Saint André de Figuière, en blanc, à la fois très aromatique mais aussi bien structurée, et à la superbe finale sur l'amertume (son alter ego en rouge est très bien également)

Et une mention toute spéciale pour le Clos du Pont de Guilbaud Frères, qui démontre que certains Muscadets gagnent à être attendus, et méritent alors de figurer parmi les grands blancs de France (mais j’aurais l’occasion bientôt de vous parler plus en détail de cette maison).

10:35 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, Bordeaux, Bourgogne, Champagne, France, Jura | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

18 septembre 2016

Le Grand Larousse du Vin, édition 2016

Comment être objectif à propos d’un ouvrage auquel on a collaboré, ainsi que plusieurs très bons camarades (David Cobbold,  Marc Vanhellemont, des 5 du Vin, ainsi que l'excellent Sébastien Durand-Viel)? Je n’essaierai même pas…

Larousse Vin.jpg

Reste que c’est une belle brique (près de 700 pages), une mine d'info, et que pour une fois qu’un ouvrage français (pas une traduction) s’ouvre assez largement aux vins du monde, c’est une initiative à saluer.

J’ai eu d’autant plus de plaisir à participer à cette aventure collective (assez modestement, à dire vrai, juste une vingtaine de pages) que ce fut l’occasion pour moi de rendre hommage à quelques vignerons que j’apprécie. En effet, la seconde partie de l’ouvrage, qui passe en revue les grands vignobles du monde, illustre certains grands terroirs par des pages consacrées à des domaines précis, choisis par les auteurs.

Pour moi, ce furent le Domaine d’Aupilhac, le Mas Jullien, Antoine Arena, Egon Muller, Klein Constantia, Catena Zapata, le Château d’Aquéria, Miguel Torres, Bodegas Lustau, Grange, Quinta do Noval et Antinori.

Une belle brochette, non? Et une belle diversité, aussi.

Mais il y a bien d’autres bonnes raisons de lire ce livre, ou de l’offrir. Le vin, c’est de la culture liquide, qui se boit, et qui se lit aussi.

On dit qu’un homme averti en vaut deux. Un buveur bien informé aussi.