14 septembre 2012

Inspiration du CCTV

Voici une vue d'artiste du futur Centre Culturel et Touristique du Vin, qui devrait ouvrir ses portes dans la banlieue de de Bordeaux à la fin 2015

1346338685_g1.png

CCTV (comme Close Circuit TV?)

 

Les architectes assurent que l'édifice entend rappeller les façades des grandes demeures 18ème de Bordeaux.

Ne serait-ce que par la couleur blonde des panneaux de verre (sic).

La ressemblance ne m'a pas sauté aux yeux, mais c'est secondaire, vu la distance qu'il y aura entre le CCTV et le centre-ville.

Et vous, à quoi vous fait penser cette tour, vue sous cet angle? A un levier de changement de vitesse? A un pull à col roulé? Au pas de tir de la fusée Ariane? A quelque chose en rapport avec le vin? A Bordeaux? A rien du tout?

Tous les goûts sont dans la nature, mais j'espère au moins que le contenu vaudra le détour... et les 63 millions d'investissement (budget prévisionnel).

00:10 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : cctv | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

13 septembre 2012

Le cru, un concept à géométrie variable

Ami lecteur, je vous fais juge. Qu'est-ce qui est le plus critiquable?

-Dépasser la proportion maximum de carignan ou de grenache dans un Pic Saint Loup dont le cahier des charges réclame un minimum de syrah?

-Mentionner 14,5° sur l'étiquette de son Gigondas quand il en fait 16°?

-Mettre un peu de Menetou dans son Sancerre, là où les vignes se touchent?

-Ou bien étendre son "Cru" en rachetant des parcelles au voisin, pour augmenter son potentiel d'exportation, par exemple?

Rien à voir, me direz-vous : les trois premiers cas sont dans l'illégalité, ce sont des fraudeurs.

Tandis que le quatrième ne fait que profiter d'une législation incompréhensible par le commun des mortels.

Car si le terme de cru, en Bourgogne, désigne un ensemble parcellaire immuable depuis le Moyen-Age, à Bordeaux, il ne désigne que des exploitations, des marques, des raisons sociales. Pour les étendre, il suffit de racheter le voisin, on n'en reste pas moins cru, et parfois grand, et même classé, par dessus le marché.

Bref, on a d'un côté le droit du sol, et de l'autre, le droit des sous.

Ce n'est pas demain que cela changera, il y a bien trop d'argent derrière les mots. Mais je ne suis pas obligé d'aimer ça. Alors, sachez que les "Crus" Bordelais de demain ne seront pas forcément issus des mêmes vignes que ceux d'aujourd'hui.

J'ai cru utile de vous le faire remarquer, parce que derrière les mots, pour moi, il y a surtout des principes. Et quand nous, pauvres journalistes, devons expliquer ces principes, notamment à des étrangers ahuris devant tant de subtilité, nous aimons bien que les concepts soient justes, qu'il n'y ait pas deux poids deux mesures. Là, en l'occurrence, c'est raté.

Bon, le vin n'en sera sans doute pas moins bon pour autant, mais ce n'est pas le problème. Ou vous croyez dans la validité du système des AOC ou vous n'y croyez pas.

00:20 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace, Bordeaux, Bourgogne | Tags : grand cru, bordeaux | Lien permanent | Commentaires (7) | | | |