11 octobre 2012

1855: fauché ou pas?

Je lis sur Vitisphere que 1855 a racheté Les Caves de la Transat.

Diversification, synergies, il y a certainement plein de bonnes raisons à ce rachat.

Oui, mais comment 1855 a-t-il trouvé l'argent nécessaire pour cet investissement?

1855,bordeaux,1855.com,vin,grand cru

Quand la RVF enquêtait sur 1855

J'ai lu il y a peu le message d'un client ayant gagné un procès contre 1855 parce qu'il n'avait jamais reçu les vins qu'il avait commandés. Selon un huissier charger de recouvrer la créance, 1855 prétendait ne pas avoir les moyens de payer la somme accordée par le tribunal, ou demandait en tout cas un étalement des remboursements.

Il ne se passe pas un mois sans que de nouvelles plaintes de clients ne soient rendues publiques - même sur ce blog, j'en reçois régulièrement - et je finis par me demander si 1855 va vraiment honorer ses promesses répétées d'apurer tout ce passif.

Et puis, avec les différents rachats annoncés (Château On Line, et puis Les Caves de la Transat, à présent), je m'interroge: dans le cadre d'une saine gestion, l'apurement des dettes ne doit-il pas passer avant tout nouvel investissement? Ou bien s'agit-il de rachats... à découvert?

PS. Château On Line semble avoir lui aussi quelques problèmes à livrer ses clients, si j'en crois le message de Jean Luc,  en date du 10 octobre, ICI. Château On Line, peut-être, mais plus Château On Time, apparemment...

09:31 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Bourgogne, France | Tags : 1855, bordeaux, 1855.com, vin, grand cru | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

09 octobre 2012

Snob, le Saint Emilion?

Pour la journaliste Fiona Beckett, de Decanter, le Saint Emilion est un vin un peu snob, ou plutôt, pour la citer: "There is an ‘Oooh, ambassador, you’re spoiling me’ aspect to Saint-Émilion. Dernièrement, elle en recommandait pourtant un à ses lecteurs, le Château Grand Barrail Lamarzelle Figeac. Avec la mention suivante: "If you are in a show-off mode" (si vous avez envie de frimer).

C'est drôle, en Belgique, Saint Emilion n'a pas cette image. Il est vrai que les Belges en consomment plus que les Anglais. Ici, le Saint Emilion a plutôt un aspect jovial. Moins austère que le Médoc, ni pédant, ni bling-bling, ni ringard, juste "bien élevé".

grand-barrail-lamarzelle.jpg

Mais qu'est-ce qui est encore bien élevé pour une dame qui, par ailleurs, nous gave... avec sa croisade anti-foie gras?

Ne lui en déplaise, je continuerai donc à aimer les oies, leur foie et le bon vin de Saint Emilion, en toute simplicité. Gloria, Gloria, Saint Emilion!

08:58 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Bordeaux, France, Gastronomie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |